Le programme de la BCE fait débat sans être connu

WEF 2015Axel Weber, l'actuel président d'UBS, espère que la BCE n'en fera pas trop pour résoudre les problèmes de la zone euro.

Axel Weber, président d'UBS, a critiqué la BCE, un établissement qu'il connait bien puisqu'il a fait partie de son conseil des gouverneurs avant de rejoindre l'établissement suisse.

Axel Weber, président d'UBS, a critiqué la BCE, un établissement qu'il connait bien puisqu'il a fait partie de son conseil des gouverneurs avant de rejoindre l'établissement suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs grands banquiers ont débattu mercredi à Davos des limites de l'action de la banque centrale avant même l'annonce très attendue de son programme massif de rachat d'actifs, qui devrait avoir lieu jeudi.

Au premier jour de ce grand forum réunissant leaders économiques et politiques du monde entier, Axel Weber, l'actuel président de la banque suisse UBS, a estimé que la BCE ne devait pas en faire trop pour résoudre les problèmes de la zone euro qui nécessitent des réformes de la part des gouvernements.

Le risque de déflation menace

«La BCE ne peut que contribuer à la résolution des problèmes en Europe», a dit M. Weber, par ailleurs ancien président de la banque centrale allemande, et à ce titre membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

«Selon moi, ils (les membres de la BCE, ndlr) ne devraient pas aller trop loin parce que, plus ils en font, plus l'incitation pour que les gouvernements agissent est faible», a expliqué M. Weber.

Ces propos interviennent alors que la Banque centrale européenne s'apprête selon toute vraisemblance à lancer lors de sa réunion jeudi un vaste programme de rachat d'actifs, élargi aux dettes souveraines, afin de lutter contre le risque de déflation en zone euro.

«La BCE achète du temps»

«L'Europe a perdu une bonne occasion de faire beaucoup de choses qui auraient pu être faites dans un environnement plus favorable», selon M. Weber, qui avait claqué la porte de l'institut de Francfort, en partie pour protester contre une politique de la BCE qu'il jugeait trop laxiste.

Il s'inquiète du fait que la BCE «achète du temps», lequel n'est pas assez mis à profit par les gouvernements de la zone euro pour engager des réformes.

Des craintes pour les réformes

Même discours pour le patron d'HSBC, Douglas Flint, qui a souligné que la croissance ne pourrait venir que des réformes structurelles, le rôle de la BCE se limitant à créer l'environnement adéquat.

«Si le QE (assouplissement monétaire) réussit et rétablit la confiance, c'est très bien, mais le risque c'est que les efforts politiques sur les réformes structurelles et la compétitivité soient mis au second plan», a estimé M. Flint.

«En fin de compte, pour stimuler la croissance, il faut la bonne démographie, de la compétitivité, de l'innovation et des réformes. Le système financier (...) ne peut pas créer ça», a-t-il poursuivi.

750 milliards d'euros attendus

Anshu Jain, l'un des deux patrons de Deutsche Bank, s'est montré moins sévère, estimant que les rachats d'actifs n'étaient «ni négatifs, ni positifs».

Ce programme «va amener de la stabilité en Europe, améliorer les réserves pour créances douteuses, réduire les faillites, ce qui est bon pour les banques», a-t-il souligné, précisant que le marché tablait sur des rachats à hauteur de 750 milliards d'euros.

Il a toutefois rappelé que pour les banques, le rachat d'actifs se traduirait également par des taux d'intérêts très bas, «avec une véritable destruction des marges, ce qui sera un grand défi à relever».

Le programme attendu jeudi

S'il fait consensus sur les marchés financiers, le rachat d'actifs a longtemps divisé les membres de la BCE, notamment côté allemand où l'on estime que ce type de mesures ne devrait pas pallier le manque de réformes en Europe.

Cette opposition ne devrait toutefois pas empêcher le patron de la BCE Mario Draghi d'annoncer de nouvelles mesures jeudi, selon de nombreux observateurs.

(smk/afp/nxp)

Créé: 21.01.2015, 16h30

Articles en relation

La banque centrale chinoise pour une croissance durable

WEF 2015 Pékin doit décider en mars si un objectif de croissance plus faible est une bonne idée. Et ainsi préférer la durabilité à une forte croissance. Plus...

Davos voit la sécurité peser sur l'avenir technologique

WEF 215 Les nouvelles technologies vont connaître un rythme encore jamais vu mais elles s'accompagneront toujours plus d'attaques cybernétiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.