Le rachat de Syngenta désormais effectif

AgrochimieLes actionnaires du groupe bâlois, racheté par ChemChina, ont approuvé lundi toutes les propositions du conseil d'administration.

Le rachat de Syngenta est la plus grosse opération jamais réalisée à l’étranger par un groupe chinois.

Le rachat de Syngenta est la plus grosse opération jamais réalisée à l’étranger par un groupe chinois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi, les candidatures de quatre membres issus de Syngenta et de quatre autres nommés par l'entreprise publique chinoise ChemChina au conseil d'administration ont été validées par les 16 actionnaires représentant 95,11% du capital-actions, souligne Syngenta dans un communiqué. Ren Jianxin, le président de ChemChina, a été élu président du conseil de surveillance. A partir de là, l'acquisition de Syngenta par ChemChina est effective.

L'actuel président de la firme sise à Bâle, Michel Demaré, a été élu au poste de vice-président et président du comité des administrateurs indépendants. Gunnar Brock, Eveline Saupper et Jürg Witmer ont aussi été réélus comme administrateurs indépendants.

Chen Hongbo, Olivier de Clermont-Tonnerre et Dieter Gericke ont, par ailleurs, été choisis comme nouveaux membres du conseil d'administration. A noter que Vinita Bali, Stefan Borgas, Eleni Gabre-Madhin et David Lawrence ont démissionné du conseil de surveillance.

Action contre les fusions

A l'occasion de la dernière assemblée générale du groupe bâlois, Swissaid a, par ailleurs, attiré l'attention sur les dangers de la concentration en cours dans le secteur agrochimique. «Il n'y aura bientôt plus que trois compagnies à contrôler le marché mondial des semences et des pesticides», a-t-elle averti.

Et de craindre pour les agriculteurs des pays les plus pauvres. Ces derniers «deviennent plus dépendants des prix imposés par quelques multinationales», dénonce l'organisation tout en faisant preuve d'inquiétude pour le développement durable.

Un char de jeunes mariés

Pour attirer l'attention sur ces dangers, Swissaid a organisé, en collaboration avec Greenpeace, une action devant le Centre des congrès de Bâle où se tenait l'assemblée générale de la firme. Sur un char tiré par des paysans du monde entier, on pouvait voir un couple de jeunes mariés, symbole du mariage entre Syngenta et ChemChina.

Pour rappel, en mai dernier, les deux entreprises ont obtenu tous les feux verts à leur fusion des autorités de la concurrence de leurs principaux marchés. Le géant étatique chinois a acheté 94,7% des actions du groupe bâlois pour 43 milliards de dollars (41,3 milliards de francs au cours actuel). Il s'agit de la plus grosse acquisition réalisée par des capitaux chinois à l'étranger.

Emplois garantis à Bâle et Monthey

Selon Michel Demaré, ChemChina a fourni toutes les garanties pour le maintien des emplois à Bâle et à Monthey (VS).

Après l'acquisition de Syngenta par ChemChina, une fusion se prépare entre Dow Chemical et DuPont. Sans oublier l'union entre Bayer et Monsanto. (ats/nxp)

Créé: 26.06.2017, 18h36

Articles en relation

Syngenta doit verser près de 218 millions de dollars

Justice L'agrochimiste bâlois compte interjeter appel de la décision d'un jury américain lui ordonnant d'indemniser 7000 agriculteurs. Plus...

Le rachat par ChemChina sert «une noble cause»

Syngenta Le président du conseil d'administration Michel Demaré estime que son groupe aidera à moderniser l'agriculture chinoise à travers son acquisition. Plus...

Syngenta à un cheveu d'être en mains chinoises

Bâle L'offre publique d'achat (OPA) du chinois ChemChina sur Syngenta est arrivée à son terme, du moins en ce qui concerne la première exécution. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.