Passer au contenu principal

Renault: le bénéfice net a bondi l'an dernier

Le constructeur français a réussi une excellente année 2015. Son bénéfice dépasse les trois milliards de francs.

L'autre objectif du groupe au losange pour 2017 est d'atteindre 50 milliards d'euros (55 milliards de francs) de chiffre d'affaires.
L'autre objectif du groupe au losange pour 2017 est d'atteindre 50 milliards d'euros (55 milliards de francs) de chiffre d'affaires.
AFP

Renault a dégagé un résultat net pour 2015 en hausse de 48,1% à 2,96 milliards d'euros (3,26 milliards de francs). Le groupe automobile français indique avoir atteint avec deux ans d'avance son objectif de marge opérationnelle de 5%.

Le chiffre d'affaires du constructeur a crû de 10,4% par rapport à 2014 pour atteindre 45,3 milliards d'euros. Mais Renault a néanmoins perdu 620 millions l'année dernière en raison des graves difficultés du Russe Avtovaz (Lada) qu'il contrôle avec son partenaire Nissan et l'entreprise russe Rostec, a-t-il expliqué vendredi.

Cette somme représente l'addition de la quote-part de la perte d'Avtovaz soit 395 millions d'euros, et une dépréciation de 225 millions de la valeur d'investissement de Renault chez le constructeur russe. Ce dernier fait face à une «conjoncture exceptionnellement difficile en Russie».

Le pays est visé par des sanctions internationales pour son intervention en Ukraine et touché de plein fouet par la chute des prix du pétrole. Son marché automobile a subi une baisse de 35% en 2015, souligne Renault. Le cours moyen du rouble est par ailleurs en repli de 33% et les taux d'intérêt sont en hausse.

Recapitalisation d'Avtovaz

La firme française a indiqué dans son communiqué être «en discussion avec les autres actionnaires de la holding» contrôlant Avtovaz «en vue d'une prochaine recapitalisation qui pourrait conduire à la consolidation de cette entreprise par Renault».

Renault a en revanche bénéficié dans ses comptes d'une contribution de 1,97 milliard d'euros du constructeur automobile japonais Nissan, dont il détient 43,4%.

«Bonne année»

L'année dernière, Renault a atteint l'un de ses objectifs du plan stratégique à l'horizon 2017: une marge opérationnelle du groupe de 5%. Elle a précisément atteint 5,1% du chiffre d'affaires, contre 3,9% en 2014, et s'élève à 2,32 milliards d'euros.

«2015 a été une bonne année pour Renault», s'est félicité son PDG Carlos Ghosn face à des analystes financiers au siège de l'entreprise à Boulogne-Billancourt (sud-ouest de Paris). «Sur la base de ces performances, nous pouvons considérer 2016 avec un certain degré de confiance».

Pour lui, «Renault est en train de franchir un cap, nous passons d'une période de réduction des coûts et de rétablissement de la compétitivité, à celle d'une croissance profitable et durable».

L'autre objectif du groupe au losange pour 2017 est d'atteindre 50 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Russie en baisse

Côté perspectives pour 2016, Renault vise à «accroître le chiffre d'affaires du groupe» à taux de change constants, améliorer encore sa marge opérationnelle, et à générer un flux de trésorerie opérationnel de l'automobile positif. Ce dernier a atteint 1,03 milliard d'euros l'année dernière.

Le constructeur a prévu une croissance du marché automobile mondial de 1 à 2% en 2016. Ce avec de fortes disparités selon les régions, notamment une poursuite de la baisse en Russie (-12%) mais aussi au Brésil, deuxième marché de Renault (-6%).

«Nous restons convaincus que ces marchés retrouveront la croissance à l'avenir et nous serons prêts quand cela se produira», a assuré M. Ghosn, écartant l'idée d'y renoncer.

Inde en hausse

Renault prévoit en revanche une croissance de 4 à 5% en Chine, où il vient d'inaugurer sa première usine. Même anticipation pour l'Inde ( 8% attendus), où il a lancé en 2015 une petite berline «low-cost». Plus de 100'000 Kwid ont déjà été commandées, au delà des attentes selon M. Ghosn.

Renault avait annoncé le 18 janvier des ventes mondiales en hausse de 3,3% en 2015, à 2,8 millions d'unités.

Nissan, Renault et Avtovaz ont vendu au total 8,53 millions de véhicules en 2015, une progression de 0,71% par rapport à l'année précédente. L'alliance franco-japonaise revendique la quatrième place mondiale derrière Toyota, Volkswagen et General Motors.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.