La reprise d'Alitalia reste dans l'impasse

Transport aérienLa reprise de la compagnie aérienne italienne Alitalia est dans l'impasse après des mois de négociations infructueuses avec d'éventuels repreneurs.

Alitalia placée sous tutelle en 2017.

Alitalia placée sous tutelle en 2017. Image: archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement italien reste indécis sur la solution à adopter concernant la compagnie aérienne qui est en grandes difficultés. Et les syndicats ne cachent pas leurs vives inquiétudes.

«Pour le moment, il n'y a pas une solution de marché», a souligné à plusieurs reprises cette semaine le ministre du Développement économique, Stefano Patuanelli.

«Nous devons comprendre comment créer une solution de marché (un ou plusieurs repreneurs privés) ou comment agir pour trouver une possibilité, compatible avec les moyens financiers» dont dispose actuellement Alitalia «pour trouver une solution différente», a-t-il ajouté, en ouvrant la voie à une implication directe de l'État italien dans le sauvetage.

«Nous sommes en train de réfléchir aux prochains pas que nous pouvons entreprendre. À l'heure actuelle, nous avons pris acte [...] qu'il n'y a plus de consortium qui puisse faire une offre définitive de rachat», a-t-il ajouté.

Pertes accumulées

Après des mois de négociations et l'expiration d'un énième délai fixé par le gouvernement italien, le groupe de BTP Atlantia, contrôlé par la famille de Luciano Benetton, a indiqué la semaine dernière que les conditions n'étaient pas réunies pour qu'il puisse rejoindre un consortium qui sauverait Alitalia.

Atlantia devait participer au plan de sauvetage aux côtés du groupe public des chemins de fer italiens Ferrovie dello Stato (FS), de la compagnie aérienne américaine Delta et du Ministère italien de l'économie et des finances.

Delta avait indiqué le 12 novembre qu'elle était prête à investir jusqu'à 100 millions d'euros (près de 110 millions de francs) pour participer au sauvetage de son homologue italienne et à prendre une participation de 10%, mais le projet du consortium n'est désormais plus d'actualité.

Prise en étau entre les low cost et les compagnies du Golfe offrant des services haut de gamme, Alitalia, dont la présence sur le long courrier est réduite, accumule les pertes depuis des années.

Elle a dû être placée sous tutelle en 2017, après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1700 suppressions d'emplois sur un total de 11'000 salariés. Les syndicats ont d'ores et déjà annoncé une grève pour le 13 décembre, même si le gouvernement tente de les rassurer.

«Une solution sera trouvée», a assuré M. Patuanelli jeudi matin, en glissant qu'«une nationalisation n'est pas obligatoirement une chose négative».

Pertes faramineuses

Selon des calculs de l'agence AGI, la «meilleure» année d'Alitalia sur la dernière décennie a été 2011 avec une perte de «seulement» 69 millions d'euros, un chiffre qui grimpait à 280 millions l'année suivante pour atteindre 580 millions en 2014.

«L'anomalie d'Alitalia, c'est qu'elle perd de l'argent quand elle vole», résume l'association de consommateurs ADUC.

Il est difficile de chiffrer le montant exact que les contribuables italiens ont payé au fil des années pour maintenir à flot la compagnie.

«Avec l'argent gaspillé dans Alitalia, l'État italien aurait pu acheter six compagnies aériennes, à savoir Air France, KLM, Turkish Airlines, Fly Norvegian, Finnair et SAS», assure ADUC.

«Sur Alitalia, le gouvernement navigue à vue. L'exécutif ne sait pas quoi faire, même si une semaine s'est écoulée déjà depuis l'expiration du dernier délai sans qu'une offre n'ait été présentée», écrit jeudi «Il Sole 24 Ore», le principal quotidien économique italien.

Milliers d'employés

Il semble disposé à explorer «une autre voie, peut-être une restructuration et la création d'une nouvelle compagnie publique», estime le journal qui se demande comment être «surpris qu'il n'y ait pas d'acheteurs pour une compagnie qui avant perdait 500 millions d'euros par an et maintenant en perd davantage».

Restructuration, avec licenciement de milliers d'employés, vente par appartements - dessertes aériennes, maintenance - ou bien liquidation... l'avenir semble sombre, tout du moins hautement incertain pour la compagnie nationale.

Dans tous les cas, l'enjeu est élevé pour le gouvernement formé du Mouvement 5 étoiles (antisystème) et du Parti démocrate (centre gauche), alors que les dossiers économiques compliqués s'accumulent, de la probable fermeture de l'usine Whirpool à Naples aux inquiétudes entourant Ilva, qu'ArcelorMittal a annoncé vouloir renoncer à acheter. Et ce dans un pays affichant un taux de chômage de près de 10%. (ats/nxp)

Créé: 29.11.2019, 10h55

Articles en relation

Nouvelles incertitudes sur l'avenir d'Alitalia

Transport aérien Vives inquiétudes après la menace du groupe Atlantia de ne plus participer au plan de sauvetage de la compagnie aérienne italienne. Plus...

Gategroup renforce son partenariat avec Alitalia

Restauration à bord Le spécialiste de la restauration Gategroup assurera l'approvisionnement des vols internes et internationaux au départ de l'aéroport de Rome. Plus...

Lufthansa bien placé pour racheter Alitalia

Aéronautique Selon les autorités italiennes, «l'offre de Lufthansa est la plus prometteuse», bien que la compagnie allemande propose de supprimer près de la moitié des emplois. Plus...

Lufthansa et EasyJet sur les rangs pour Alitalia

Transport aérien La compagnie italienne va examiner au total trois offres de reprises reçues récemment. Plus...

EasyJet et Air France s'intéressent à Alitalia

Aviation La compagnie aérienne italienne, sous tutelle de l'Etat, n'a pas souvent dégagé de profit pendant ses 70 ans d'existence. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.