La révolution digitale, une machine à tuer l’emploi

Forum de DavosOù trouver les postes de travail de demain, pour remplacer ceux qui vont disparaître dans le tourbillon du numérique?

Le digital était présent partout, hier, dès l’ouverture du Forum économique de Davos.

Le digital était présent partout, hier, dès l’ouverture du Forum économique de Davos. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La prédiction est terrible. Une étude du World Economic Forum (WEF) lundi, un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) mercredi: l’alerte est similaire, qu’elle provienne des partisans de la liberté d’entreprendre comme de la plus sage OIT. La révolution digitale qui entre désormais de plein fouet dans la plupart des branches économiques pourrait se traduire par la disparition nette de millions de jobs.

Ce scénario catastrophe est amplement commenté dans les salons feutrés du WEF, qui a ouvert ses portes hier avec une allocation du président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann, et un entretien entre Klaus Schwab, fondateur du Forum, et le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden.

Explosion du chômage au Sud

Comme l’a relevé l’OIT, le chômage touchait quelque 197,1 millions de personnes en 2015, un million de plus qu’en 2014, 27 millions de plus qu’avant la crise de 2008. Et les nouvelles provenant d’Amérique latine, de Chine et des pays arabes exportateurs de pétrole ne sont pas bonnes. Cette «destruction créatrice» chère à l’économiste Joseph Schumpeter, penseur estimant que ce phénomène est l’une des essences du capitalisme, est-elle saine? Ou porte-t-elle les germes de secousses sociales de grande ampleur?

Les perdants sont connus: les gens des campagnes, la grosse industrie, des emplois de service et de proximité, surtout dans les nations émergentes.

Dans quels secteurs se nichent alors les postes de travail de demain? Paradoxalement dans la haute technologie, qui aura besoin de main-d’œuvre qualifiée pour faire tourner ses nouvelles entreprises (entretien des robots, éoliennes et capteurs solaires, laborantins dans la biotechnologie, commerciaux tentant de séduire les internautes, etc.). «Les services à la personne vont aussi se développer», ajoute Raymond Torres, chef économiste à l’OIT, qui estime aussi que les personnes «sachant bien utiliser les nouveaux réseaux» s’en sortiront mieux que les autres, dans les pays du Nord comme du Sud.

La Suisse est bien armée

C’est aussi le constat d’UBS, qui a publié mardi soir une étude classant 45 pays selon les critères de cette révolution digitale. La Suisse y caracole en tête, devant Singapour et les Pays-Bas (voir notre graphique). Le Danemark s’en sort plutôt bien (9e, devant le Japon, l’Allemagne ou la France). Ce pays scandinave est aussi cité en exemple par Jyrki Raina, secrétaire général du syndicat IndustriALL Global Union, qui représente 50 millions de salariés: «Nous comprenons que l’industrie doive changer. Elle l’a toujours fait. De nouveaux emplois vont apparaître dans la planification, la logistique ou l’entretien des nouvelles technologies qui seront utilisées par les industriels. Mais ce que nous demandons, c’est que les multinationales prennent des mesures proactives pour que cette transition se passe avec le moins de dégâts possibles sur l’emploi. Au Danemark, poursuit le Finlandais, 80% des salariés sont syndiqués, les employés se montrent flexibles mais ils restent bien protégés. Et le chômage, en novembre, se situait à 4,5%.» Soit un des taux les plus bas d’Europe occidentale.

Jyrki Raina en appelle aussi à «de gros efforts en matière de formation» afin de ne pas laisser sur le carreau les ouvriers et employés menacés par la révolution digitale. Le président d’UBS, Axel Weber, est conscient du danger. Mais il croit que cette irruption technologique sera globalement positive. Y compris dans les services financiers où se créent de nouvelles sociétés.

Secteur bancaire en mutation

La bagarre sera rude. Les banques du Sud se montrent agressives en offrant des services en ligne, gérés par leurs employés locaux, en Inde ou ailleurs. En Chine, par exemple. A l’exemple de la China Construction Bank qui a déployé une immense banderole au cœur de Davos, mais surtout à un jet de l’agence où UBS a invité les médias pour commenter son rapport.

Ce bureau existera-t-il encore dans cinq ans? Et les experts d’UBS vont-ils se «muer» en robots? «J’admets qu’il s’agit pour moi d’une question existentielle», a reconnu en souriant Lutfey Siddiqi, l’un des auteurs de l’étude. «La qualité du service fera la différence. Et elle passe par la proximité avec la clientèle. Mais il faudra maîtriser ces nouvelles technologies», a résumé Axel Weber.

Malgré ces pistes, on se demande tout de même quel sera le gisement d’emplois de demain. Le Moyen Age avait ses paysans, le XIXe siècle ses ouvriers, le XXe ses cols blancs. Et le XXIe? Tout le monde ne sera pas expert digital en ceci ou cela, généticien ou négociant en énergie éolienne. Ou encore accompagnateur de personnes âgées.

Créé: 21.01.2016, 07h26

Les gagnants du numérique

Le développement digital va aussi engendrer de nouveaux emplois dans des branches plus classiques, comme l’horlogerie. L’arrivée d’une montre connectée bourrée d’informations de plus en plus sensibles ouvre des portes aux firmes de sécurité informatique. A l’exemple de WISeKey, fondée à Genève en 1999 par Carlos Moreira. Ce chef d’entreprise a justement noué une alliance avec l’horloger Bulgari pour anticiper ces développements technologiques. Hier à Davos, sa présentation a fait salle comble.

De nouveaux systèmes vont aussi apparaître pour mieux protéger les brevets ou les transactions financières circulant sur Internet. Si les multinationales ou les grands Etats ont généralement les moyens de se prémunir des failles du système, de nombreuses PME sont démunies. «Elles ont tort. Aujourd’hui, 80% des gens sont connectés en Suisse, contre 12% il y a quinze ans», indique Albert Pélissier, patron d’une société vaudoise spécialisée dans l’intelligence économique. Pour lui, le doute n’est plus permis: «Nous sommes entrés dans l’ère du savoir. La digitalisation de l’économie va se poursuivre. Et les PME doivent défendre leur propriété intellectuelle.»

De nombreux panels sont consacrés, à Davos, à ce thème. Et, demain à Neuchâtel, une journée entière est consacrée à la cybercriminalité, aussi en pleine expansion. Juriste digital? Encore un métier appelé à se développer.

Articles en relation

A Davos, Schneider-Ammann plaide pour l'ouverture

WEF 2016 Il faut agir avec détermination contre la haine et le fondamentalisme, «se résigner serait une erreur fatale», a déclaré le président de la Confédération dans son discours. Plus...

L'Europe au menu des grands de ce monde

Davos Terrorisme, crise des réfugiés, crise politique sont au programme de jeudi au Forum économique mondial. Plus...

Chômeurs et migrants s’invitent à Davos

Forum économique Les milieux économiques sont confrontés à des défis sociaux et politiques importants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.