La révolution numérique menace plus d’un emploi industriel sur dix

Industrie suisseAlléchante en termes de productivité, Industrie 4.0 remet en question l’emploi de 50 000 Suisses.

Image: I.CAUDULLO. SOURCE: SWISSMEM

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’abcès est enfin crevé à propos des conséquences sur l’emploi en Suisse que pourrait avoir Industrie 4.0, une révolution du fonctionnement des fabriques dont nous ont largement rebattu les oreilles Swissmem il y a un an déjà, puis le Forum de Davos en janvier. Mais en s’abstenant bien d’aborder la question épineuse de la réduction de postes que cette augmentation de la productivité va impliquer.

La donnée manquante a été fournie hier. Sur les 330 000 employés que compte l’industrie suisse des machines, de l’électrotechnique et des métaux, abrégée MEM, «près de 13% d’entre eux occupent des postes répétitifs (peu qualifiés), appelés à continuer à disparaître avec Industrie 4.0», a lâché hier contre toute attente Hans Hess, en fin de conférence de presse. Le président de Swissmem s’exprimait dans le cadre de la Journée de l’industrie, le plus important rendez-vous annuel de la branche, qui tient aussi lieu d’assemblée générale. Elle s’intitulait «Allez courageusement de l’avant».

Certains en auront bien besoin, de courage, car traduit en nombre de postes, ce pourcentage correspond à pas moins de 49 500 emplois suisses qui pourraient être biffés avec la montée en puissance de cette réorganisation de la production et des rapports aux clients.

Déjà 10 000 jobs perdus

L’industrie suisse subirait ainsi une seconde importante saignée, elle qui a déjà perdu 10 000 emplois en une année à cause du franc fort et de la perte de compétitivité qui a fait suite à la levée du taux de change plancher en janvier 2015.

Du reste, on peut se demander si l’association faîtière ne nage pas en pleine contradiction. Car juste avant d’articuler ce pourcentage, le président de Swissmem a bien pris la peine de souligner que «nous avons dans le public une fausse image des conséquences d’Industrie 4.0», et qu’elle «ne débouchera pas sur une saignée dans l’emploi, même si son implémentation est exigeante».

Une occasion en or

En fait, ces déclarations se comprennent mieux en sachant que pour Swissmem, Industrie 4.0 va créer in fine de nouveaux emplois et est une chance à saisir pour la Suisse, car son outil de production est déjà fortement automatisé et elle fonctionne de façon très internationale. «La clé du succès de cette révolution, ce sont la formation et la formation continue», a martelé hier Hans Hess.

En fait, la Suisse n’a pas vraiment le choix. Comme avec le franc fort, ce n’est qu’en proposant un service de meilleure qualité, plus complet et complexe, qu’elle pourra compenser ses coûts de production plus élevés, a relevé Swissmem.

Rappelons qu’Industrie 4.0 correspond à une automatisation encore plus poussée de la production. Une machine pourra par exemple commander directement auprès d’un fournisseur de pièces de rechange les éléments dont elle a besoin pour réparer un de ses moteurs endommagé. Ce développement est rendu possible par les capteurs (de chaleur, de vibrations, etc.) que comptent toujours davantage les installations, et de systèmes de communications transmettant en temps réel les informations.

Créé: 01.07.2016, 07h27

Articles en relation

L’avenir prometteur de Ferring à Saint-Prex

Industrie Le groupe, qui fête ses 10 ans de présence dans la commune vaudoise, pourrait compter 1000 employés d’ici à 2020, contre quelque 640 actuellement. Plus...

Près de 50 000 emplois menacés par Industrie 4.0

Suisse Hans Hess, président de Swissmem, a estimé ce matin lors de l'assemblée générale de la branche que 15% des effectifs industriels suisses pourraient être touchés par la révolution à venir. Plus...

L’industrie suisse renoue avec ses meilleures années

Conjoncture Tous les indices sont au vert pour l’industrie suisse après une perte de 10 800 emplois. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.