Les risques d'un crash immobilier ou boursier demeurent

Economie suisseLes risques d'un crash immobilier ou en Bourse demeurent, avertit la BNS. Avec le volant anticyclique, cette dernière tente d'obtenir un ralentissement dans le secteur hypothécaire en élevant les primes de risques.

La BNS tente notamment d'obtenir un ralentissement dans le secteur hypothécaire en élevant les primes de risques.

La BNS tente notamment d'obtenir un ralentissement dans le secteur hypothécaire en élevant les primes de risques. Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La longue période de faibles taux d'intérêt augmente l'instabilité financière», indique Fritz Zurbrügg, membre du directoire de la BNS.

«Nous signalons encore et toujours ces risques, ce qui ne réjouit pas certains», déclare-t-il dans un entretien publié par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Autre facteur d'incertitude: «Il est difficile de dire si les nouvelles mesures dites macro prudentielles, comme le volant anticyclique, auront l'effet et l'efficacité espérés», ajoute-t-il.

Avec le volant anticyclique, la BNS tente d'obtenir un ralentissement dans le secteur hypothécaire en élevant les primes de risques. Les banques sont tenues de faire passer de 1 à 2 % la couverture en fonds propres de leurs créances hypothécaires.

Prêts hypothèques accordés avec prudence

Les modifications en matière d'autorégulation - amortissement raccourci et prise en compte des revenus du conjoint pour l'évaluation de la capacité financière - incitent à plus de prudence lors de l'octroi de prêts hypothécaires et complètent l'instrument de la BNS, souligne Fritz Zurbrügg.

La phase de taux bas, plus longue que prévu, induit également des déséquilibres sur le marché des actions. «Reste qu'il y a une importante différence. Les biens immobiliers sont souvent financés à crédit. Lorsque les prix baissent fortement, cela peut rapidement mettre les banques dans une situation difficile. Ce qui n'est pas le cas des actions et des obligations», souligne Fritz Zurbrügg.

En cas de crise, les banques doivent être armées de suffisamment de capitaux propres. Pour UBS et le Credit Suisse, la valeur des fonds propres non pondérés définie par la FINMA se situe à respectivement 4,6% et 4%. Concernant un renforcement de ces montants: «On ne peut pas sans cesse changer les règles du jeu. Il s'agit d'abord de concrétiser le droit existant», indique Fritz Zurbrügg. Et d'attendre la première évaluation en 2015 pour aviser. (ats/nxp)

Créé: 06.07.2014, 12h18

Articles en relation

Voilà ce qui attend les futurs propriétaires

Immobilier Les règles bancaires d'octroi d'une hypothèque pour l'acquisition d'un bien immobilier changent dès septembre. Voilà ce qu'il faut prévoir pour l'acquisition d'une maison au prix d'un million de francs. Plus...

L'immobilier pourrait flamber avant le gel du 2e pilier

Analyse Le Conseil fédéral veut restreindre la possibilité de retirer le capital LPP en vue d'une acquisition dans l'immobilier par exemple. Selon des experts, une telle décision ne ferait qu'enflammer le marché à court terme. Plus...

La propriété privée fait rêver, mais elle n'est qu'une illusion

Immobilier Vous pensez qu'en devenant propriétaire, vous n'aurez plus de loyer exorbitant à régler? Attention, l'Etat veille au grain. Plus...

Berset: «L'argent de la retraite devrait servir à la retraite»

2e pilier La proposition du Conseil fédéral d'interdire aux Suisses d'utiliser leur 2e pilier pour acheter des biens immobiliers suscite la controverse, notamment chez les propriétaires. Plus...

Raiffeisen critique le recours au deuxième pilier

Immobilier Pierin Vincenz, directeur général de Raiffeisen, critique le financement des fonds propres avec l'argent de la caisse de pension. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...