Passer au contenu principal

EntreprisesRudolf Wehrli veut renforcer la position de la Suisse

Le nouveau président de la Fédération des entreprises suisses (economiesuisse) Rudolf Wehrli prendra ses fonctions le 1er octobre. Il a insisté sur sa volonté de poursuivre «l'excellent travail» de son prédécesseur.

Rudolf Wehrli, futur président d'economiesuisse (dès le 1er octobre).
Rudolf Wehrli, futur président d'economiesuisse (dès le 1er octobre).
Keystone

Rudolf Wehrli, futur président d'economiesuisse, veut préserver l'attrait de la place économique helvétique.

Les objectifs sont d'aménager des conditions favorables pour des entreprises résidant en Suisse et à l'étranger, a-t-il dit lors de la Journée de l'économie 2012.

«La Suisse ne doit pas se reposer sur ses lauriers, si elle veut garder son économie forte et rester compétitive sur le marché», a indiqué vendredi à Berne Rudolf Wehrli. Les progrès et une situation favorable ne sont possibles que dans une économie de marché.

L'actuel président d'economiesuisse, Gerold Bührer, s'est dit convaincu que son successeur avait les épaules assez larges pour relever ce défi. Rudolf Wehrli, lui-même, a évoqué ses différentes expériences et mandats dans le monde économique comme gage de succès à ce poste.

Le nouveau président de la Fédération des entreprises suisses (economiesuisse) prendra ses nouvelles fonctions le 1er octobre prochain. Lors d'une conférence de presse, Rudolf Wehrli a insisté sur sa volonté de poursuivre «l'excellent travail» effectué par Gerold Bührer.

L'innovation, une clé du succès

La Journée de l'économie 2012, avec près de 500 participants, avait pour thème «Science et économie: un tandem de choc». D'après le comité directeur, si la Suisse veut défendre sa position de pointe en matière d'innovation, elle se doit de procéder à des améliorations dans différents domaines.

L'invité, Lino Guzzella, nouveau recteur de l'Ecole polytechnique fédéral de Zurich (EPFZ), s'est exprimé la collaboration entre hautes écoles et entreprises. «Non seulement les Hautes écoles doivent, mais veulent collaborer avec les industries», a-t-il relevé.

Selon lui, le partenariat entre les milieux scientifiques et économiques est précieux et garantit un succès économique à long terme.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.