Passer au contenu principal

SuisseAprès des rumeurs sur Roche, le titre recule

Selon la SonntagsZeitung, Novartis souhaiterait vendre la participation qu'elle détient dans son concurrent Roche.

A la clôture, le bon de jouissance Roche a perdu 1,23%.
A la clôture, le bon de jouissance Roche a perdu 1,23%.
Archives, Keystone

Roche a perdu du terrain lundi à la Bourse suisse après les rumeurs de cession des actions que détient Novartis dans la firme bâloise. Novartis s'affichait par contre en hausse.

A la clôture, le bon de jouissance Roche perdait 1,23% à 248,90 francs dans un SMI en repli de 0,36%. Novartis gagnait en revanche 0,27% à 75,25 francs.

Selon des informations de la SonntagsZeitung, Novartis souhaiterait vendre la participation qu'elle détient dans son concurrent Roche. Son paquet de 33,33% des actions au porteur aurait une valeur de 13,5 milliards de francs, suivant le cours actuel.

Novartis se trouve déjà en contact avec des banques, a écrit le journal dominical, en se basant sur des informations émanant du conseil d'administration de la firme et le milieu bancaire. Mais un porte-parole de l'entreprise n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Pas une cession imminente

L'opération permettrait de financer d'éventuelles acquisitions, mais cette cession n'est pas imminente, a appris l'agence Reuters de sources proches du dossier. Le patron de Novartis Joe Jimenez a évoqué publiquement à plusieurs reprises ces dernières années la possibilité de vendre la participation dans Roche mais avait aussi expliqué vouloir en retirer une plus-value.

Pour rappel, l'ancien patron et président du conseil d'administration de Novartis Daniel Vasella, avait racheté le paquet de titres Roche entre 2001 et 2003. Il espérait alors un rapprochement entre les deux groupes.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.