Passer au contenu principal

Salt envisage de porter plainte contre UPC

La société, installée à Renens (VD), se formalise tant du comportement de Swisscom que de celui d'UPC.

Salt examine actuellement les actions judiciaires possibles. (Photo d'illustration)
Salt examine actuellement les actions judiciaires possibles. (Photo d'illustration)
Keystone

L'opérateur téléphonique Salt songe à porter plainte contre son concurrent UPC. Ce dernier a indiqué il y a une semaine qu'il changera de fournisseur pour ses télécommunications mobiles dès le début 2019, passant de l'infrastructure de Salt à celle de Swisscom.

La société sise à Renens (VD) se formalise ainsi tant du comportement de Swisscom que de celui d'UPC. L'annonce du changement de prestataire une année en avance est non seulement inutile, mais également non conforme aux termes du contrat, affirme le patron de Salt Andreas Schönenberger dans une interview publiée mardi en ligne par la Handelszeitung.

Actions judiciaires

Salt examine actuellement les actions judiciaires possibles. Andreas Schönenberger soupçonne que «des intérêts complètement autres» que purement commerciaux sont sur le devant de la scène dans l'offre que Swisscom a soumise à Salt.

Selon lui, le moment choisi pour communiquer cet accord n'est pas un hasard. «Swisscom pourrait en particulier vouloir utiliser cette affaire comme exemple pour susciter l'intérêt du Parlement concernant une non-entrée en matière à propos de la révision partielle de la loi sur les télécommunications (LTC)» soumise par le Conseil fédéral, a-t-il dit.

Il y a en tous les cas atteinte au droit de la concurrence dans le cas où Swisscom aurait formulé à UPC une offre inférieure aux coûts.

Dans une prise de position, UPC indique qu'il a pris connaissance «avec surprise» de l'examen de procédures juridiques par Salt. «Nous ne voyons d'aspects non conformes aux termes du contrat ou juridiquement délicats ni dans la communication évoquée par Andreas Schönenberger, ni dans le processus d'appel d'offres», souligne-t-il.

Nouvelles bandes de fréquences

Le câblo-opérateur a indiqué le 8 janvier vouloir délaisser le réseau mobile de Salt, sur lequel reposent ses offres depuis son entrée sur ce marché au printemps 2015. Il évoquait Swisscom comme étant «un réseau mobile de qualité» et «d'avenir», critiquant ainsi implicitement le réseau de Salt. Il compte migrer vers celui de Swisscom au début de l'année prochaine.

Andreas Schönenberger relativise l'annonce de Salt selon laquelle il se retirerait en cas d'attribution des fréquences défavorable à l'entreprise. Cela a été mal compris, selon lui. «Salt n'a en aucun cas menacé de se retirer de la Suisse», mais a seulement laissé penser que si un participant n'obtient pas la masse critique minimale suite à une mise aux enchères des fréquences, ce dernier ne pourra alors pas offrir de 5G compétitive et sera retiré du marché à moyen terme, explique-t-il.

La Commission fédérale de la communication (ComCom) a déjà indiqué qu'elle attribuera bientôt de nouvelles bandes de fréquences. Aucune date précise pour cet octroi n'a cependant encore été arrêtée.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.