Passer au contenu principal

Crise des subprimes«Le sauvetage d'UBS n'a rien coûté au contribuable»

Jean-Pierre Roth a dirigé la BNS de 2001 à 2009

Le sauvetage d'UBS est intervenu en octobre 2008, mais le feu couvait déjà bien avant. Quand la situation a-t-elle commencé à dégénérer?

La solution de la banque de défaisance s'est rapidement imposée à vous?

Est-ce la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008 et le chaos qui a suivi qui ont convaincu les autorités de la nécessité du sauvetage d'UBS?

Les Etats-Unis ont-ils commis une erreur en laissant Lehman Brothers faire faillite?

Le risque d'effet domino était-il à ce point aigu en Suisse?

Le bilan de l'opération pour la BNS, c'est un bénéfice de 3,76 milliards de francs au moment de la vente du StabFund à UBS fin 2013. Vous avez été surpris par cette issue favorable?

Certains prédisent déjà une nouvelle crise. Pensez-vous qu'un tel dispositif pourrait marcher à tous les coups?

En 2014, un ancien cadre d'UBS prenait la tête de la Finma, l'autorité de surveillance. Comment avez-vous accueilli cette nomination?

Le dispositif réglementaire a été beaucoup renforcé après la crise. Certains estiment aujourd'hui qu'il devient insupportable. Partagez-vous cet avis?

ats