Seize milliards pour racheter une banque européenne

Chine La deuxième banque chinoise souhaite acquérir un établissement à dimension internationale en Europe. Le mystère reste entier sur la liste des candidats potentiels.

China Construction Bank, deuxième banque de Chine après Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), n'a pas encore fait son choix.

China Construction Bank, deuxième banque de Chine après Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), n'a pas encore fait son choix. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La banque publique China Construction Bank (CCB), deuxième du pays par actifs, est officiellement à la recherche d’une institution financière européenne à racheter. Montant à disposition : 16 milliards de dollars. Son projet vise à acquérir un établissement dans son entier, ou alors une participation de 30% à 50% au minimum selon les opportunités qui se présenteraient.

«Certaines banques ont été mises en vente en Europe et nous sommes en train de déterminer laquelle choisir», a révélé Wang Hongzhang au Financial Times. Le président de la CCB ajoute que son groupe vise des institutions à dimension internationale.

La CCB ne laisse filtrer aucun nom de candidats potentiels. Seule information : la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne figurent en tête de liste.

Le Financial Times estime que la Royal Bank of Scotland (RBS) ou la Commerzbank allemande, toutes deux partiellement nationalisées, pourraient tout à fait figurer sur la liste. Dans l’hypothèse d’une vente, les États bénéficieraient d’argent frais qui réduirait leur déficit.

Quelle banque racheter ?

Selon un spécialiste bancaire et professeur à Sciences-Po Paris cité par France 24, «le Royaume-Uni semble être la destination idéale pour les appétits de la CCB» car les banques britanniques génèrent davantage de profits que leurs consœurs allemandes. Quant aux établissements français, ils seraient à l’abri d’un rachat total. «Leur capitalisation boursière dépasse ce que peut payer la CCB. La BNP vaut plus de 50 milliards d’euros, la Société générale 19 milliards».

Motivation de ce rachat ? Investir sur le marché monétaire et acheter des obligations de pays fragilisés comme l’Espagne ou l’Italie. «Pékin n’aurait aucun intérêt à ce que la zone euro, sa principale partenaire commerciale, se désagrège», ajoute l’économiste. Bien que prudent, le président de la CCB se montre par ailleurs «confiant» quant au rétablissement de la zone euro.

Le secteur financier européen, «trop risqué»

Cette acquisition pourrait marquer le retour des investisseurs chinois sur les marchés européens. Le secteur financier de l’Europe, jugé trop risqué, avait fait fuir une partie des plus grands acteurs chinois. L’assureur Ping An et la China Development Bank avaient par exemple perdu beaucoup d’argent en 2008 après avoir investi dans la britannique Barclays et la franco-belge Fortis.

Avec une opération à hauteur de 16 milliards de dollars, la CCB battrait le record détenu par la première banque chinoise, note Le Figaro: en 2007, Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) avait acquis 20% de la Standard Bank en Afrique du Sud pour 5,6 milliards de dollars.

Créé: 18.09.2012, 15h37

Articles en relation

Ces Chinois très friands d'entreprises européennes

Investissements En dehors du secteur des matières premières, 95% des fusions et acquisitions de la Chine à l'étranger concernent des firmes européennes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.