Selfnation révolutionne le jeans

ModeLa start-up produit un jeans suisse taillé sur mesure et vendu à un prix abordable grâce à un modèle 3D unique en son genre.

Sandra et Andreas Guggenbühl, ainsi que Michael Berli (à dr.), les fondateurs de Selfnation.

Sandra et Andreas Guggenbühl, ainsi que Michael Berli (à dr.), les fondateurs de Selfnation. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Porter un jeans unique coupé sur mesure, dans le meilleur Denim italien, fabriqué au Tessin ou en Bavière, et répondant aux normes environnementales les plus exigeantes? Le tout livré chez soi au plus tard en 14 jours, et au prix de 219 francs (frais de port et TVA compris), ou de 239 francs pour les trois couleurs de saison réservées en plus aux femmes?

«Impossible!» diront la plupart des gens. Les coûts du travail sont trop élevés en Suisse et en Allemagne par rapport à ceux pratiqués dans les centres mondiaux de production textile comme le Bangladesh, l’Ethiopie ou la Turquie, pour que la production d’un jeans suisse soit rentable.

Et la compétition, surtout dans les jeans, est exacerbée. Presque tout le monde fabrique ce pantalon toujours à la mode et tellement agréable à porter.

Créer le jeans idéal

Eh bien non, ces détracteurs se trompent. Deux anciens étudiants du Poly de Zurich et une spécialiste du design à Berlin (la sœur du directeur, Sandra Guggenbühl), ont pris il y a trois ans le taureau par les cornes «pour créer le jeans idéal». Ils ont fondé pour cela à Zurich une start-up qui bouleverse le modèle d’affaires de la branche.

Selfnation, c’est le nom de l’entreprise, a été créée en 2013 sous la raison sociale de RealLook AG, dotée maintenant d’un capital de 138 000 francs (elle a reçu le prestigieux prix Venture Kick de 130 000 francs). Elle sera «profitable cette année», prévoit Andreas Guggenbühl, directeur, trois ans seulement après sa fondation, une performance plutôt rare dans le monde des start-up.

Quant au chiffre d’affaires, «il atteint pratiquement le million de francs», poursuit ce dernier lors d’une rencontre au siège de l’entreprise, situé contre la gare centrale de Zurich, où travaille au coude à coude dans une salle de taille moyenne la majeure partie des 14 employés de l’entreprise.

Algorithmes très efficaces

La spécificité de Selfnation réside dans son logiciel et les algorithmes qui le composent, «sans arrêts optimisés», ajoute Andreas Guggenbühl. Ils permettent au client de visualiser en un temps record et en trois dimensions le jeans visé. Pour que l’ordinateur puisse faire ses calculs, les femmes doivent entrer huit mesures et les hommes six, au moment de la commande sur Internet. Cela prend au maximum dix minutes.

Les fondateurs sont fiers du logiciel, sur lequel ils planchaient déjà à l’ETH de Zurich. C’était une période studieuse «pendant laquelle nous avons les deux, avec Michael Berli, aussi beaucoup travaillé pendant notre temps libre, pour amasser les 50 000 francs que nous avons versés de notre poche pour assurer le lancement de notre société par actions», se souvient le cofondateur.

Satisfaits à 91%

Au niveau technique, la difficulté des algorithmes consiste à obtenir à la fois une visualisation rapide, et très esthétique. «Les solutions existantes sur le marché atteignent soit l’un, soit l’autre, mais pas les deux», poursuit Andreas Guggenbühl.

A tel point que les produits «satisfont les clients dans 91% des cas». L’entreprise dit ainsi faire bien mieux que les autres sites de vente sur Internet, où un pourcentage bien plus élevé de jeans ne vont pas et doivent être renvoyés. La même expérience est faite dans les magasins: il faut essayer plusieurs jeans pour trouver le bon.

Et si le jeans ne convient pourtant pas, Selfnation propose soit de le rembourser entièrement, soit de pouvoir faire une autre commande gratuitement, ou de passer chez un tailleur qui fera les transformations aux frais de l’entreprise. Qui dit mieux?

Pas d’intermédiaires

Le modèle d’affaires de l’entreprise fait aussi complètement l’impasse sur l’intermédiaire qu’est le détaillant. «Nous offrons un prix compétitif, malgré des salaires comparativement élevés à tous les niveaux de la production, car nous économisons complètement les frais des magasins: nous n’avons ni stocks, ni invendus, ni loyer à payer, ni vendeurs, ni vendeuses.»

Selfnation veut aussi répondre à une réalité: nous ne portons en fait qu’un à deux jeans, nos préférés. «Même si la plupart des gens possèdent parfois une bonne dizaine de jeans ou davantage, leurs pantalons restent dans les armoires et ne sont pas portés», selon le directeur. Le jeans Selfnation veut être ce pantalon préféré, une manière de donner vie au nom de l’entreprise, qui signifie «une nation d’individus sûrs d’eux».

En forte expansion, Selfnation livre pour l’instant sans frais en Suisse, en Allemagne, au Liechtenstein, en Autriche, en France, la Belgique, les Pays-Bas, au Luxembourg et en Grande-Bretagne.

Créé: 16.04.2016, 09h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.