Le sénateur Carl Levin estime que les Etats-Unis ont perdu

Conflit fiscalLe sénateur démocrate américain regrette qu'il y ait encore trop d'obstacles, derrière lesquels se cachent les évadés fiscaux américains et il souhaite des moyens plus durs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le sénateur démocrate américain Carl Levin s'est illustré par sa position intransigeante contre l'évasion fiscale lors des auditions mercredi des hauts responsables de Credit Suisse. Loin de se déclarer satisfait, le politicien estime que les Etats-Unis sont les perdants du programme de régularisation fiscale des banques.

«Je serai satisfait une fois seulement que les autorités helvétiques auront éliminé tous les obstacles, derrière lesquels se cachent les évadés fiscaux américains», déclare Carl Levin dans un entretien accordé à l'hebdomadaire alémanique «Schweiz am Sonntag».

Pas convaincu par l'entraide administrative

«Nos lois exigent que les banques suisses publient les noms de tous les fraudeurs», dit M. Levin. C'est aussi valable pour la Suisse. Selon le sénateur, celui qui a fait des affaires en Suisse doit respecter la législation helvétique, et ce qu'il revendique pour les Etats-Unis, d'autres états peuvent aussi l'exiger pour eux-mêmes.

Lors des auditions de mercredi dernier, M. Levin a aussi critiqué le ministère de la justice américain (DoJ). Il exhorte ses autorités à saisir des moyens plus durs, et recourir davantage aux convocations devant la justice, au lieu de s'en tenir à la voie «frustrante» de l'entraide administrative.

Sueurs froides au DoJ

Le DoJ n'a donné aucune garantie de vouloir redoubler de sévérité vis-à-vis des banques suisses, poursuit le politicien américain. Mais ce dernier est persuadé que le battage médiatique autour des auditions va augmenter la pression et donner des sueurs froides au département de la justice.

Pour le sénateur, le programme unilatéral en cours pour la régularisation fiscale des instituts bancaires helvétiques ne suffit pas. «Les Etats-Unis sont les perdants des négociations avec la Suisse. Les banques ont reçu l'immunité contre une poursuite pénale outre-Atlantique mais en contrepartie, elles livreront au compte-gouttes les informations qui nous intéressent, soutient-il.

Pour Carl Levin, une approche à deux vitesses s'impose. D'une part, poursuivre le programme unilatéral du DoJ et, d'autre part, utiliser les instruments, qui, dans le cas d'UBS, ont rapidement abouti.

Créé: 02.03.2014, 13h37

Galerie photo

Revue de presse après l'audition du Credit Suisse

Revue de presse après l'audition du Credit Suisse La presse suisse et internationale revient sur l'audition des directeurs du Credit Suisse devant une sous-commission du Sénat américain.

Articles en relation

Pour le chef de Credit Suisse, ses managers sont «remarquables»

Evasion fiscale Le président du conseil d'administration de Credit Suisse Urs Rohner a pris la défense samedi des managers de son établissement auditionnés mercredi par le Sénat américain. Plus...

Le Credit Suisse reconnaît avoir agi contre la loi

EVASION FISCALE Après trois heures d'audition, le directeur général Brady Dougan a affirmé que «quelques banquiers de l'activité de banque privée basés en Suisse semblent avoir violé la loi américaine». Plus...

Un rapport cinglant accuse le Credit Suisse

Evasion fiscale A la veille de l'audition très attendue du PDG du Credit Suisse au Sénat américain, un rapport détaille les méthodes «secrètes» de la banque. Plus...

Le Credit Suisse se décharge sur des employés

Fraude fiscale «Credit Suisse reconnaît qu'un petit groupe de banquiers privés basés en Suisse a eu un mauvais comportement», indique la banque dans un document soumis à l'audition, en soulignant que la hiérarchie n'était pas au courant. Plus...

Pratiques «à la James Bond» du Credit Suisse

Conflit fiscal Les sénateurs Levin et McCain ont réclamé mardi à Washington que la grande banque livre les noms de ses clients américains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.