Le siège d'UBS en Suisse n'est pas garanti

BanquesPour le patron d'UBS, Sergio Ermotti, trop de régulation menace la présence de la grande banque en Suisse.

Le Tessinois réaffirme que le maintien du siège dans le pays n'est pas garanti.

Le Tessinois réaffirme que le maintien du siège dans le pays n'est pas garanti. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Début octobre, le président de la direction générale d'UBS créait quelques remous. Dans un entretien accordé à Bloomberg Magazine, Sergio Ermotti affirmait que «rien n'est sûr, pas même qu'UBS reste en Suisse.»

«Je n'ai fait que dire la vérité», réitère-t-il dans les colonnes du Matin Dimanche. «Mon but n'est pas de semer le trouble, mais d'éclairer les gens et les autorités sur ce qui peut se produire dans le secteur bancaire.»

Le directeur fait allusion à la délocalisation de la grande banque suédoise Nordea de Stockholm à Helsinki, capitale finlandaise, en raison d'une régulation bancaire suédoise jugée défavorable par Nordea. Un scénario qu'il n'exclut pas pour le numéro un bancaire helvétique.

Actionnaire trublion

«UBS n'est plus en mains suisses, mais détenue très largement par des investisseurs étrangers», explique Sergio Ermotti. Rien n'exclut dès lors qu'un groupe d'actionnaires, même minoritaire et un brin trublion, mette un jour ou l'autre en question le maintien du siège en Suisse, selon lui.

Car les conditions-cadres - fiscalité, régulation ou franc fort notamment - pèsent sur la rentabilité. D'autres places, outre-Atlantique, en Asie et même en Grande-Bretagne, sont «bien plus accueillantes», juge le directeur général, qui met depuis longtemps en garde contre le «Swiss finish».

La Suisse est en train d'imposer des réglementations très strictes, qui dépassent largement les standards internationaux, répète le Tessinois. S'il reconnaît que le Swissness constitue un avantage concurrentiel certain pour UBS, il plaide pour «un équilibre entre une régulation légitime et l'obligation de rester compétitif».

Pour rappel, UBS a accru sa rentabilité au 3e trimestre 2017. L'établissement aux trois clefs a annoncé vendredi un bénéfice net de 946 millions de francs, 14% de plus qu'un an auparavant. Ayant économisé 1,9 milliard à fin septembre, il est en bonne voie pour concrétiser l'objectif de 2,1 milliards visé pour l'année. (ats/nxp)

Créé: 29.10.2017, 09h53

Articles en relation

UBS frôle le milliard de bénéfice au 3e trimestre

Suisse Le numéro un bancaire helvétique a réalisé un bénéfice net de 946 millions de francs au 3e trimestre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.