Passer au contenu principal

EtudeLa situation de l'immobilier se détend en Suisse

La dynamique des prix de vente pratiqués n'indique aucun signe de bulle spéculative pour le deuxième semestre 2016.

Le district de Thoune n'est plus en état critique ou en vigilance mais seulement sous surveillance.
Le district de Thoune n'est plus en état critique ou en vigilance mais seulement sous surveillance.
Keystone

Aucun signe de bulle immobilière n'a pu être constaté en Suisse cette année. Le calme semble être revenu sur le marché, selon le dernier rapport immobilier de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et du comparateur en ligne comparis.ch.

«En dépit des taux hypothécaires bas et du franc fort, le marché immobilier suisse semble pour le moment s'être refroidi», constate mardi Didier Sornette, professeur en risques entrepreneuriaux à l'EPFZ, cité dans le communiqué de comparis.ch. «On peut s'attendre à ce que le marché reste stable dans une large mesure», selon lui.

Aucun district n'a été jugé «critique» ou en «vigilance». La dynamique des prix de vente pratiqués n'indique aucun signe de bulle spéculative dans les districts pour le deuxième semestre 2016. Dans les districts de Bülach (ZH), de Thoune (BE), de Lucerne, de Sursee (LU) et d'Aarau, en «vigilance» l'année dernière, la situation s'est apaisée.

Sous surveillance

Ils ont été reclassés dans la catégorie inférieure sous «surveillance», écrit comparis.ch. Les prix du m2 pour les appartements montrent encore une tendance légèrement haussière. La stabilisation du marché dans ces régions ne s'est pas encore confirmée.

Au total, treize districts ont été classés sous «surveillance», notamment Monthey (VS). Cinq territoires de la région zurichoise ou situés au bord du lac de Zurich restent dans cette catégorie (Hinwil, Horgen, Pfäffikon, See-Gaster et Uster).

eFin d'alerte

Dans les districts de Dielsdorf (ZH), de March (SG) et de Locarno (TI), l'EPFZ et comparis.ch constatent un changement de tendance. Ils ont quitté la catégorie «sous surveillance».

Après une longue phase de croissance, les prix demandés se sont maintenant stabilisés. Ils ont même connu une légère baisse pendant plusieurs trimestres, précise le communiqué. La fin de l'alerte peut donc être donnée dans ces régions où le marché est à l'heure actuelle marqué par l'accalmie.

Dans le canton de Genève et à Zurich (ville), les prix demandés pour les appartements sont également restés relativement stables l'année dernière. Dans deux tiers des districts, la hausse des prix était inférieure à 5%.

L'étude réalisée par comparis.ch et l'EPFZ se base sur 1,57 million d'annonces de vente de maisons et d'appartements parues sur Internet entre 2005 et fin juin 2016.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.