Snapchat: la lune de miel avec Wall Street s’achève

Réseaux sociauxCes derniers jours, les inquiétudes se propagent concernant le futur parcours boursier du groupe américain.

Evan Spiegel vient d’épouser le sublime mannequin Miranda Kerr et le patron de Snapchat a tellement d’argent en poche qu’il est aujourd’hui le plus jeune milliardaire au monde.

Evan Spiegel vient d’épouser le sublime mannequin Miranda Kerr et le patron de Snapchat a tellement d’argent en poche qu’il est aujourd’hui le plus jeune milliardaire au monde. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a 27 ans, a plutôt une belle gueule, vient d’épouser le sublime mannequin Miranda Kerr et a tellement d’argent en poche qu’il est aujourd’hui le plus jeune milliardaire au monde… Evan Spiegel a tout pour séduire les investisseurs. La lune de miel entre l’entrepreneur américain et les financiers de Wall Street s’est d’ailleurs assez bien déroulée. Au moment de l’entrée en Bourse (IPO) de Snapchat, le jeudi 2 mars 2017, le titre s’envole de 44% en une seule journée et le groupe est valorisé 31 milliards de dollars (31 milliards de francs), bien loin des 16 à 17 milliards visés à l’origine par la société.

Mais voilà, comme souvent, la passion des premiers jours laisse vite la place aux désillusions. Surtout lorsque les résultats ne suivent pas et que l’arrogance du patron est la seule chose qui marque vraiment les esprits. «L’humilité est pourtant une chose magnifique», a tenté de lui rappeler Jim Cramer. L’investisseur et présentateur de l’émission financière Mad Money sur CNBC réagissait alors aux attaques du jeune patron contre Facebook au moment de présenter les premiers résultats trimestriels de son groupe (à la mi-mai). «En tant que société créative, vous devez être prêt à accepter que quelqu’un finisse par vous copier si vous faîtes des trucs géniaux. Mais voilà, ce n’est pas parce que Yahoo! a une barre de recherche que c’est Google», s’amusait alors Evan Spiegel.

Inquiétudes croissantes

Le problème est que l’humour ne passe plus lorsqu’une société brûle du cash aussi vite que Snapchat. En un trimestre, ses pertes ont atteint 2,2 milliards de dollars, contre 104 millions une année plus tôt. Un montant colossal pour une société qui ne dépasse pas les 150 millions de chiffre d’affaires trimestriel. Les investisseurs détestent surtout être laissés dans le flou. «Nous sommes connus pour ne pas donner d’indication sur le développement de notre pipeline de produits», s’est contenté de leur répondre le patron. Résultat: le cours de l’action a plongé de 21% le 11 mai.

Depuis plusieurs jours, les inquiétudes se propagent et les avis sont de plus en plus partagés sur le futur parcours boursier de Snapchat. Faut-il s’attendre à un succès à la Facebook, dont l’action s’est envolée de 198% depuis son IPO, ou à une chute à la Twitter (–75% depuis son record de 2013)?

Olivier Good, analyste spécialisé dans les nouvelles technologies à la banque privée UBP, porte un regard critique sur le groupe, notamment sur sa capacité à mieux monétiser une audience très jeune. «Facebook, Google, Amazon ou même Twitter ont cette particularité d’être des franchises uniques sans d’autres gros acteurs en face. Ce n’est pas le cas de Snapchat, qui fait par exemple face à la concurrence exacerbée d’Instagram (ndlr: réseau appartenant à Facebook).» Tout l’enjeu serait donc de trouver le produit qui rendra Snapchat unique. De quoi permettre non seulement au groupe de continuer à augmenter sa base d’utilisateurs, mais surtout de gagner la confiance des annonceurs en espérant qu’ils y placent plus d’annonces publicitaires.

Publicités bradées

En attendant, afin d’atténuer la casse au prochain trimestre, Evan Spiegel serait en train de brader ses publicités. Plusieurs sources ont en effet évoqué, à la fin de la semaine dernière, l’existence de rabais ciblant notamment les nouveaux annonceurs. Si ce type de mesure n’est pas rare pour cette branche, il illustre des pressions croissantes sur les épaules du jeune patron. A Wall Street aussi, la frontière entre amour et haine peut être ténue.

Créé: 29.05.2017, 21h20

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Mais que fait vraiment votre gosse sur Snapchat?

Réseautage Les pré-ados nés entre 2004 et 2005 sont arrivés en même temps que le premier smartphone. Et ils passent du temps dessus, mais qu'y font-ils? Plus...

Avec Clips, Apple vient taquiner Instagram et Snapchat

Application En proposant de combiner vidéos, photos, filtres et stickers, cette nouvelle application n'est pas sans rappeler le concept des Stories. Plus...

L’odeur et le goût d’une bulle

La semaine en Bourse Pour ajouter une couche à l’euphorie ambiante, Snapchat a fait son entrée en Bourse jeudi passé. Plus...

Les trois entrées en Bourse dont tout le monde parle

Finance Après la forte chute rencontrée en 2016, le nombre d’IPO s’annonce plus dynamique en 2017, drainé dès jeudi par Snapchat. Plus...

Snapchat prépare son entrée à Wall Street

Bourse L’application de partage éphémère de photos et de vidéos pourrait battre le record d'Alibaba.com. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.