Stadler Rail mêlée à une affaire de corruption

Suisse-Afrique du SudL'affaire porte sur 70 locomotives livrées en Afrique du Sud via une société rachetée en 2015 et qui doit répondre de paiements douteux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le constructeur de trains Stadler Rail se retrouve empêtré dans une affaire de pots de vin en Afrique du Sud, révèlent ce lundi le Tages-Anzeiger et le Bund. L'affaire ne touche pas directement la firme thurgovienne, mais une société espagnole qu'elle a rachetée en 2016 et qui a livré 70 locomotives destinées à moderniser le réseau ferroviaire sud-africain. Au final, c'est donc elle qui doit répondre devant la justice.

L'affaire remonte à janvier 2015 où 70 locomotives Afro 4000 sont livrées en Afrique du Sud à la compagnie nationale de chemins de fer Prasa. Mais très vite, les médias locaux se penchent sur des versements douteux lors de cet achat.

A l'époque, soit en 2013, le contrat est attribué à l'Allemand Vossloh qui fait construire les locomotives dans son atelier espagnol. Montant du contrat: 273 millions de francs. Mais début 2016, Stadler Rail rachète Vossloh Espagne. A cette époque, 25 des 70 motrices Afro 4000 sont alors prêtes et 13 sont livrées en Afrique du Sud. C'est à ce moment que des accusations commencent à fuser sur le fait que l'ANC, le parti au pouvoir, et l'entourage du président Jakob Zuma se sont mêlés à l'affaire.

Contrat douteux

C'est le contrat proprement dit qui éveille les soupçons. Car Vossloh ne vendait pas directement ses locomotives à la société nationale Prasa, mais à une firme spécialisée en leasing, baptisée Swifambo. Une façon de faire peu habituelle dans ce milieu. En outre, Swifambo vient d'être créée, et n'aurait, de ce fait, jamais pu remporter l'appel d'offres pour ce genre de transactions coûteuses.

Par ailleurs, à l'époque toujours, le patron de Prasa jure que sa société a dû verser davantage d'argent à Swifambo que si elle avait payé directement Vosssloh Espagne. Et dans l'affaire, quelque 5,9 millions de francs sont versés à un avocat de l'ANC et à une amie du président Zuma.

Pot-de-vin?

Et ce n'est pas fini. Selon des médias locaux, d'autres versements douteux auraient été repérés. Ainsi Vossloh Espagne aurait payé directement une somme du même montant, 5,9 millions, au Cap, via une autre société sud-africaine S-Investments. Une société derrière laquelle on trouve un ami du patron de Prasa et qui a aussi fondé Swifambo. Cette transaction a déjà coûté sa place au président de Prasa qui a dû démissionner.

Du côté de Stadler Rail, interrogée par des médias africains, on affirme avoir procédé en juillet 2015 à une évaluation approfondie des risques avant l'achat de la société espagnole incriminée. Les procédures en cours en Afrique du Sud étaient connues en Suisse. Mais il y avait une garantie de responsabilité de Vossloh en cas de faute éventuelle, «faute pour laquelle il n'y a actuellement aucune preuve», estime la firme.

(nxp)

Créé: 15.01.2018, 10h39

Articles en relation

Stadler achète un fabricant de locomotives en Espagne

Industrie ferroviaire La transaction doit être achevée durant le premier trimestre de 2016, ont indiqué mercredi l'allemand Vossloh, propriétaire de Rail Vehicles à Valence, et Stadler Rail. Plus...

Grosse commande pour Stadler Rail aux Pays-Bas

Matériel ferroviaire Le géant thurgovien va livrer 18 rames de la nouvelle gamme WINK pour 170 millions d'euros. Plus...

Changement à la direction de Stadler

Matériel ferroviaire Peter Spuhler quitte sa fonction de directeur général du fabricant thurgovien de matériel ferroviaire. Plus...

Commandes record pour Stadler Rail en 2016

Suisse Le groupe thurgovien a profité de l'entrée sur de nouveaux marchés, ainsi que du lancement de nouveaux produits. Plus...

Le premier train à grande vitesse sort d'usine

Gothard Stadler Rail a livré son premier convoi «Giruno», long de 400 mètres et disposant de 810 places assises, soit 40 % de plus que pour les trains actuels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.