Les stations de ski se lancent dans les rabais variables

TourismeAprès les réductions sur les abonnements de saison, plusieurs domaines proposent des tarifs cassés pour les courts séjours.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est, dans son principe, le même système que pour l’hôtellerie ou les compagnies d’aviation: plus on réserve tôt, plus le rabais est intéressant. Mais d’autres critères entrent aussi en ligne de compte, comme la météo ou le degré d’affluence prévu. Ce «dynamic pricing», ou tarification dynamique, existe depuis plus de dix ans dans les stations de ski nord-américaines, et le voici qui arrive en Suisse romande. Anzère (VS) avait déjà ouvert les feux lors de la saison 2018/19, et cette année les stations valaisannes de Verbier et Crans-Montana, ainsi que les domaines vaudois de Leysin-Col des Mosses-La Lécherette et Villars-Gryon-Les Diablerets lui emboîtent le pas.

«Ce mode de tarification vise uniquement les courts séjours, explique Sébastien Travelletti, président de Télé Anzère. Et plus spécifiquement les vacances de 5 à 7 nuitées, qui représentent chez nous le 95% des réservations via le dynamic pricing.» Pas question d’appliquer la méthode à la journée unique. D’autant que, et c’est le cas d’Anzère, les stations qui font partie du Magic Pass ont l’interdiction de faire le moindre rabais sur la journée, sous peine de perdre un pourcentage de la redevance que reverse l’alliance en fin de saison. Autre règle que se fixent les domaines skiables: ne pas proposer par le biais du dynamic pricing de prix supérieur à celui affiché en caisse.

Le cas de Crans-Montana

Crans-Montana, qui sortira du Magic Pass au terme de cette saison, est la seule station à faire du dynamic pricing aussi pour la journée unique. «Cette saison, nous ne ferons pas de rabais car l’appartenance au Magic Pass ne le permet pas, mais dès la saison 2020/21, nous nous lancerons», confirme le CEO de CMA, Maxime Cottet. Selon lui, la journée de ski ne se décide plus seulement au dernier moment, et ce segment mérite d’être exploité. «Quelle que soit l’amplitude des variations de tarifs, il est clair que le coût ne sera jamais plus haut que le prix affiché à la caisse. Ce sera vraiment intéressant si l’on s’y prend à l’avance et si l’on vise les périodes creuses. Ce sont celles-ci qui nous intéressent le plus.»

Pour les autres domaines, la cible demeure donc le séjour de moyenne durée, avec des rabais intéressants à la clef, jusqu’à –30%. Cela fluctue au fil des jours, détaille Jean-Marc Udriot, directeur des remontées mécaniques Télé Leysin-Col des Mosses-La Lécherette: «Nous mettons en ligne par exemple plusieurs forfaits avec 30% de rabais, puis quelques-uns à 20%, d’autres à 10%, tout dépend de la demande et de la vitesse à laquelle ils sont vendus.» Le but est de se délier de la météo, qui influe beaucoup sur ce type de réservations. «Quand une personne réserve une semaine, son premier souci est le logement, explique Pierre Besson, directeur du Magic Pass et ex-directeur des remontées mécaniques de Villars-Gryon-Les Diablerets. Ensuite, elle attend d’arriver sur place, et si la météo est mauvaise, elle prendra juste un ou deux jours de ski.»

D’où la ristourne grâce au dynamic pricing. Les premiers retours sont prometteurs, assure Sébastien Travelletti: «La saison passée, nous avons eu une énorme progression des forfaits pour six ou sept jours, et les préventes s’annoncent très bien cette année aussi.»

Ticketcorner, qui offre ses services pour la tarification dynamique à plusieurs stations alémaniques et tessinoises, tire un bilan satisfaisant, souligne son porte-parole Stefan Epli: «Dans les stations de ski où les prix sont dynamiques, nous constatons une très forte augmentation du nombre de billets de plusieurs jours.»

Secteur en croissance

De plus en plus de gens «utilisent les avantages de la billetterie en ligne», note Pascal Zürcher, CMO de Ticketcorner, comme le confirme une enquête de l’institut Demoscope. Pour éviter les files d’attente et bénéficier de réductions sur les réservations anticipées. L’entreprise s’attend du reste à une «augmentation de la proportion de forfaits de ski vendus en ligne», et considère la billetterie de ski comme «un secteur de croissance attractif». En Suisse, d’autres entreprises offrent ce service, comme Smart Pricer avec Zermatt et Saint-Moritz, ou Tipo Ticketing avec Belalp.

En Suisse romande, pour les domaines de Leysin, Anzère et Villars notamment, cette tâche est confiée à la société Liftopia, leader aux États-Unis. Verbier, par contre, a décidé de faire cavalier seul et de supprimer les intermédiaires pour son entrée dans le dynamic pricing, explique le CEO de Téléverbier: «C’est l’une des trois raisons de cette nouvelle orientation, économiser grâce à l’utilisation de notre propre plateforme, Easyverbier, collecter des données clients et inciter le maximum de personnes à passer par l’achat online.»

Plus on s’y prend tôt, plus on aura un rabais important, jusqu’à –20%, «mais, nuance-t-il, nous pratiquons en fait une version douce de la tarification dynamique car ce qui est prépondérant, c’est la prévente». Pour les installations, l’avantage est d’assurer des journées skieurs. «Et d’optimiser les recettes», confirme le porte-parole des remontées mécaniques suisses, Bruno Galliker. Les recettes de transport totalisent en effet pour la saison d’hiver 2018/19 un montant estimé à 758 millions de francs, soit 8,5% de plus que la saison précédente (698 millions).

Toute la chaîne touristique en profite, y compris l’hôtellerie, analyse Jean-Marc Udriot: «Les courts séjours, d’une semaine en moyenne, visent d’abord les propriétaires de résidences secondaires et les clients qui doivent louer un logement. Et bien que nous venions de commencer, les premiers retours que j’ai de ces derniers sont positifs.»

À force de brader les prix, comment les stations s’y retrouvent-elles? «Mais très bien, assure Pierre Besson. Le Magic Pass profite à toutes les stations partenaires, dont les revenus ont aussi augmenté pour la saison d’été, il ne faut pas l’oublier. En ce qui concerne le dynamic pricing, soyons francs, on ne gagne ni ne perd d’argent, juste quelques pour cent. On le fait parce que c’est fun et dans l’air du temps.»

Créé: 15.12.2019, 20h59

Aux États-Unis, les prix se sont envolés

La tarification dynamique existe depuis longtemps dans les stations américaines, et c’est du reste ce modèle qu’appliquent aujourd’hui de plus en plus de domaines suisses. C’est par ailleurs aussi outre-Atlantique que les concepteurs du Magic Pass sont allés chercher l’inspiration pour la vente d’abonnements de saison anticipé.

Cependant, au fil des années, le «dynamic pricing» a engendré une dérive des tarifs officiels fixes, à la journée, observe le spécialiste du tourisme de neige et de montagne, Laurent Vanat: «Il faut savoir que là-bas, les prix des forfaits, annuels ou pour courts séjours, sont déjà plus hauts qu’en Suisse. Mais, en plus, les stations ont parallèlement augmenté les prix aux caisses, pour justement diriger les gens vers les forfaits, ce qui a pour conséquence que l’on arrive aujourd’hui à des prix fous de 200 dollars la journée». Un skieur hésitera donc moins à débourser près de 1000 dollars pour un abonnement saison, dès lors qu’il l’amortit en cinq jours.


Faut-il craindre pareil glissement en Suisse? Une amorce du phénomène est déjà perceptible dans certaines stations alémaniques adeptes du dynamic pricing, «mais outre-Sarine, à service égal, la journée a toujours été un peu plus chère qu’en suisse romande, et les forfaits un peu moins », précise Pierre Besson. Pour le directeur du Magic Pass, la mésaventure américaine est peu probable en Suisse, et même en Europe: «D’abord pour des questions de masse critique, les Etats-Unis totalisant 59 millions de journées skieurs la saison dernière, alors qu’il y en a environ 50 millions rien qu’en France». Et 24,9 millions en Suisse, selon l’étude de Laurent Vanat.

«Par conséquent le ski est historiquement plus cher aux États-Unis, où l’on ne pratique pas ce sport si l’on gagne moins de 100'000 dollars par an, alors qu’ici, avec un revenu de 60'000 francs, cela reste possible».

Articles en relation

Isenau appartiendra aux Ormonans

Les Diablerets Si le domaine ressuscite, ce sera sous la forme d’une coopérative. Plus...

Le téléski de La Forclaz ne tient qu'à un fil et à l’amour de bénévoles

Ormont-Dessous L’arrivée du Magic Pass a changé la donne pour la petite installation ormonanche, qui s’interroge sur son avenir. Plus...

Le Magic Pass a déjà séduit plus de 121'000 skieurs

Loisirs L'abonnement de saison valable dans une trentaine de stations romandes connaît un départ canon en vue de l'hiver 2019-2020. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...