Statu quo de la BNS, la baisse de l'inflation comme souci

Banque nationale suisseLa Banque nationale suisse poursuit, inchangée, sa politique monétaire expansionniste.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse a annoncé à 9 h 30 ce jeudi matin la poursuite de sa politique expansionniste pour dévaluer le franc et créer de l'inflation.

La marge de fluctuation du Libor à trois mois reste inchangée entre -1,25% et -0,25%. Le taux d'intérêt négatif est aussi maintenu à -0,75% sur les comptes de virement des établissements financiers auprès d'elle.

Deux nouvelles pourtant. La première: la Banque nationale continue de tabler sur le retour d’un taux d’inflation positif en 2017. Mais pour 2016, elle s’attend désormais à un taux de –0,8%, contre –0,5% en décembre.

Avec le franc «toujours nettement surévalué», on lit entre le lignes que le recul de l'inflation préoccupe toujours plus la banque centrale helvétique. Il faudra donc davantage s'interroger en Suisse sur la question de la déflation, ce poison des économies qui les grippe complètement à travers une spirale de baisse des investissements, de recul des salaires et des dépenses, etc.

La deuxième nouvelle: «Contrairement aux attentes, le bas niveau des prix de l’énergie (soit du pétrole) n’a stimulé la consommation des ménages dans la plupart des pays que de façon marginale jusqu’ici. Par contre, il a eu des répercussions négatives sur les perspectives de croissance des pays producteurs de pétrole, dont les Etats-Unis.»

Ainsi, l'espoir que le prix du pétrole bas inciterait les consommateurs à davantage dépenser l'argent qu'ils économiseraient par exemple dans des pleins meilleurs marchés n'a pas été confirmé.

La BNS s’attend également à un ralentissement de la reprise en Suisse. Pour l’année en cours, elle prévoit désormais une croissance du PIB se situant entre 1% et 1,5%, au lieu d’environ 1,5% précédemment. La croissance du volume des prêts hypothécaires a elle aussi encore diminué quelque peu. Néanmoins, les déséquilibres subsistent sur ces marchés.

En conclusion, la pression sur le franc suite aux décisions communiquées la semaine passée par la Banque centrale européenne n'ont pas (encore?) incité la BNS a prendre de contre-mesures.

Créé: 17.03.2016, 10h25

Articles en relation

Le franc s'apprécie après la décision de la BCE

Suisse Les regards se tournent maintenant vers la BNS, qui pourrait ainsi encore abaisser ses taux jeudi prochain. Plus...

L'arsenal de la BNS pour contrer la force du franc

Politique monétaire Dans l'attente d'une décision de la BCE, la pression monte pour la banque nationale. Plus...

La BNS annonce une perte de 23,3 milliards en 2015

Bilan La Banque nationale Suisse enregistre en 2015 une perte conséquente. En 2014, elle annonçait un gain de 38 milliards. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.