Subprimes: Barclays passe à la caisse

Etats-UnisL'établissement bancaire britannique est amendé aux Etats-Unis pour fraude dans des crédits immobiliers entre 2005 et 2007. Il devra payer 1,89 milliard de francs.

L'établissement était accusé de «fraude» pour avoir vendu entre 2005 et 2007 des crédits immobiliers toxiques baptisés «RMBS».

L'établissement était accusé de «fraude» pour avoir vendu entre 2005 et 2007 des crédits immobiliers toxiques baptisés «RMBS». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La banque britannique Barclays a trouvé un accord aux Etats-Unis prévoyant une pénalité de 2 milliards de dollars (1,89 milliard de francs) pour solder une enquête du département de la Justice portant sur ses pratiques dans l'immobilier avant la crise financière.

L'établissement était accusé de «fraude» pour avoir vendu entre 2005 et 2007 des crédits immobiliers toxiques baptisés «RMBS» à des investisseurs, qui ont essuyé des milliards de dollars de pertes quand ces produits financiers ont perdu toute valeur, selon un communiqué publié jeudi.

Crise de 2008

Les RMBS sont des titres financiers adossés à des prêts hypothécaires risqués que des grandes banques ont vendu à des grands investisseurs et d'autres établissements financiers de petite et moyenne tailles. Les défauts de paiement des ménages ayant contracté les emprunts ont conduit à une cascade de charges et de provisions dans le secteur financier mondial et, in fine, à la crise de 2008.

Des filiales de Barclays ont effectué 36 transactions comprenant des RMBS, selon le ministère américain. Elles «ont menti sur la qualité des prêts immobiliers contenus dans ces opérations», fustige le régulateur, qui va, à la suite de l'accord annoncé jeudi, retirer sa plainte et arrêter ses poursuites contre la banque.

Deux anciens dirigeants américains de Barclays, Paul Menefee, basé à Austin dans le Texas, et John Caroll de Port Washington à New York, ont également trouvé un accord distinct avec les autorités. Ce dernier prévoit qu'ils s'acquittent d'une pénalité financière de 2 millions de dollars en échange de l'arrêt des poursuites à leur encontre.

Ces accords reflètent «la détermination du département de la Justice de tenir pour responsables les banques et autres entités ainsi que les individus pour leur conduite frauduleuse», explique Richard Donoghue, le procureur fédéral du tribunal de New York, cité dans le communiqué. (ats/nxp)

Créé: 29.03.2018, 16h21

Articles en relation

La crise financière explosait il y a 10 ans

Marchés Le 9 août 2007, au matin, la crise des «subprime» aux Etats-Unis s'étendait à l'Europe, entraînant l'économie mondiale dans le chaos. Plus...

Washington demande 14 mds $ à Deutsche Bank

Crise des «subprime» Cette amende record vise à solder un litige immobilier remontant à la crise de 2008. Plus...

Credit Suisse amendé pour un projet surévalué

Subprime Le numéro deux bancaire suisse devra payer une amende de près de 290 millions de dollars pour avoir surévalué un projet immobilier aux Etats-Unis. Plus...

Bank of America paie une amende record

«Subprime» Bank of America a annoncé jeudi avoir accepté de payer un montant record de 16,65 milliards de dollars pour mettre fin à des poursuites liées aux «subprime», les crédits immobilier à risque à l'origine de la crise financière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.