La Suisse bien armée pour la 4e révolution industrielle

RapportSelon un rapport du WEF, notre pays s’illustre comme l'un des fers de lance de la révolution industrielle 4.0.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon le nouveau rapport mondial du World Economic Forum (WEF), la Suisse ferait partie des sept pays les mieux armés pour affronter cette fameuse 4e révolution industrielle. Elle s’illustre donc en matière de «fructification économique des investissements réalisés dans les technologies de l’information et de la communication (TIC)» en compagnie de la Finlande, la Suède, Israël, Singapour, les Pays-Bas et les Etats-Unis.

Sans trop de surprises, le rapport annonce une augmentation générale des capacités d’innovation et cela aux quatre coins du monde. Seul souci: pour le moment les pays capables de rentabiliser ces nouvelles technologies restent encore très limités.

Les Etats-Unis à la traîne

Plus surprenant par contre, la position américaine au classement de l’indice NRI (pour Networked Readiness Index, soit en français indice de préparation aux réseaux) du WEF. Malgré la présence d’instituts de renom (MIT, Harvard…) ou encore sa célèbre Silicon Valley, les Etats-Unis n’ont pas atteint le podium dont la première place revient à Singapour (suivi par la Finlande, la Suède et la Norvège).

«Dans le jeu planétaire de l’innovation numérique, la performance et les progrès réalisés par les économies émergentes, telles que Singapour, l’Afrique du Sud ou les Emirats arabes unis sont remarquables», s’enthousiasme Bruno Lanvin, chercheur à l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD).

Le rapport passe par contre en coup de vent sur la plus grande inconnue qui englobe «cette révolution»: l’emploi. De nombreuses personnes s’inquiètent pourtant de voir leur travail s’évaporer dans les méandres du changement numérique et de rejoindre le club de ces millions de laissés-pour-compte actuellement sans emploi. «De nouveaux modèles de gouvernance vont s'imposer», résume pour sa part Richard Samans, l'un des membres du directoire du WEF.

Créé: 06.07.2016, 10h16

Articles en relation

La révolution numérique menace plus d’un emploi industriel sur dix

Industrie suisse Alléchante en termes de productivité, Industrie 4.0 remet en question l’emploi de 50 000 Suisses. Plus...

Près de 50 000 emplois menacés par Industrie 4.0

Suisse Hans Hess, président de Swissmem, a estimé ce matin lors de l'assemblée générale de la branche que 15% des effectifs industriels suisses pourraient être touchés par la révolution à venir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.