La Suisse attire moins les multinationales

EcnonomieUne étude parue dans la presse dominicale montre que s'il y a 20 ans notre pays était un premier choix pour les grosses firmes, il a reculé désormais au 3e rang.

Les premières raisons invoquées par les firmes étrangères sont liées au manque de disponibilité de talents et au faible quota de permis de travail accordé à la main-d’œuvre en provenance de pays tiers.

Les premières raisons invoquées par les firmes étrangères sont liées au manque de disponibilité de talents et au faible quota de permis de travail accordé à la main-d’œuvre en provenance de pays tiers. Image: Chiquita

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse a perdu de son attractivité auprès des multinationales. Telle est la conclusion d'une étude intitulée «Suisse, réveille-toi», menée auprès de plus de 120 directeurs généraux par la société d’audit McKinsey et la Chambre de commerce Suisse-États-Unis, aidées d’economiesuisse et de SwissHoldings.

«Le Matin Dimanche» et la «NZZ am Sonntag» en ont obtenu une copie. «Alors que la Suisse était, il y a vingt ans, le premier choix pour 50% des multinationales qui décidaient d’installer leur siège social en Europe, elle a reculé au troisième rang, sa part de marché étant passée de 27% en 2009-2013 à 19% en 2014-2018», écrivent les auteurs de l'étude. Les 1er et 2e rangs sont désormais occupés par les Pays-Bas et l'Irlande.

Les premières raisons invoquées par les CEO ne sont pas liées à la fiscalité mais au manque de disponibilité de talents et au faible quota de permis de travail accordé à la main-d’œuvre en provenance de pays tiers.

Jusqu'à présent, l'ancrage de la Suisse dans le marché intérieur européen était un «facteur fixe», relève aussi la «NZZ am Sonntag», aujourd'hui les relations avec l'UE ne sont plus indubitables. Cette situation est évidemment «prise en compte par les entreprises avant une quelconque implantation», notent les auteurs de l'étude. (ATS/nxp)

Créé: 28.04.2019, 08h29

Articles en relation

Le parlement cherche à infléchir l'initiative

Multinationales responsables Le Conseil des Etats a déjà refusé l'initiative populaire pour des multinationales responsables dès l'entrée en matière. Le Conseil national veut un contre-projet. Plus...

Entreprises responsables: le peuple décidera

L'invitée Manon Schick souhaite que les multinationales basées en Suisse soient tenues de respecter les droits humains et l’environnement. Plus...

Pas de règles plus strictes pour les multinationales

Suisse Les entreprises actives à l'étranger ne devront pas répondre à une législation plus sévère en termes de droits humains et d'environnement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...