La Suisse a de bonnes cartes à jouer malgré les difficultés

Place financièreLe Secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jacques de Watteville voit s'ajouter le défi de la BNS et la crise du franc fort à ses multiples dossiers.

Jacques de Watteville, le chef du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI)

Jacques de Watteville, le chef du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La place financière suisse se trouve en pleine mutation, mais elle n'est pas la seule alors que la concurrence globale s'accentue entre les principaux acteurs dans le monde, a estimé mardi à Berne le secrétaire d'Etat Jacques de Watteville.

«Mais en termes relatifs la Suisse est bien positionnée, avec de bonnes cartes pour pouvoir construire l'avenir», a déclaré le patron du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI) en marge de la présentation du rapport 2015 sur les questions financières et fiscales internationales.

Ici aussi l'impact du 9 février

Parmi les multiples dossiers que traite le SFI, figure entre autres le libre accès aux services financiers, en Europe notamment. Mais celui-ci souffre aussi des conséquences du 9 février avec le oui à l'initiative UDC «Contre l’immigration de masse».

«Cela nous complique sérieusement la tâche, et pas seulement avec l'Union européenne. Certains nous disent que sans libre circulation des personnes, il ne peut y avoir de libre circulation des services. Mais nous sommes loin d'être résignés et des pourparlers sont en cours», a expliqué Jacques de Watteville.

Nouveau modèle pour FATCA

Parmi les multiples sujets qui intéressent les banques figure l'accord FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act) avec les Etats-Unis. Il est entré en vigueur en juin 2014 mais la Suisse aimerait en changer la mise en œuvre en passant au modèle qui permet d'échanger des renseignements de manière automatique sur une base réciproque.

«Ce modèle est plus facile à mettre en place pour les institutions financières et nous avons reçu un accueil positif à ce sujet de la part des autorités américaines», a ajouté le chef du SFI. Les négociations devraient démarrer cette année.

Pour 2015, Jacques de Watteville ne veut pas donner de prévisions. «En 2014, nous avons fait des avancées importantes dans une bonne série de dossiers et j'ai bon espoir de continuer. Que ce soit l'échange automatique ou les négociations avec l'Union européenne, chaque fois des pas concrets et positifs ont été réalisés et nous faisons le maximum pour que cela continue.»

Créé: 03.02.2015, 12h33

La Grèce se fait attendre

La Suisse a proposé à la Grèce de coopérer dans l'échange automatique d'informations mais Athènes n'a toujours pas donnée suite. «Notre offre de collaboration est toujours sur la table», a indiqué Jacques de Watteville.

Articles en relation

La Suisse et l'Italie enterrent la hache de guerre fiscale

Double imposition Le Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales a annoncé vendredi que la Suisse et l'Italie ont trouvé une solution de principe à leurs différends fiscaux. Plus...

La Suisse prépare l'échange spontané avec l'OCDE

Fiscalité Le Conseil fédéral démarre la consultation concernant le projet d'échange de renseignements en matière fiscale. Avec des nouveautés à la clé. Plus...

Berne et Bruxelles enterrent la hache de guerre

Fiscalité des entreprises Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jacques de Watteville et son homologue européen ont paraphé mardi à Berne une déclaration conjointe relative mettant un terme à neuf ans de discussions houleuses. Plus...

L'OCDE présente un plan contre l'évasion fiscale de multinationales

Entreprises L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) appelle à «neutraliser» les «montages hybrides», par lesquels une multinationale joue une législation fiscale contre l'autre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.