Passer au contenu principal

«La Suisse doit son excellence aux étrangers»

Pour l’économiste Yves Flückiger, recteur de l’Université de Genève, l’économie suisse perdra beaucoup si le pays est exclu des programmes de recherche universitaires européens.

Son inquiétude ne fait que croître. L’économiste Yves Flückiger tirait déjà la sonnette d’alarme après le vote du 9 février 2014 visant à limiter «l’immigration de masse». Plus de deux ans après, le recteur de l’Université de Genève mesure les effets de l’isolement sur le monde académique. Très bien placée en 2013, la Suisse a dégringolé dans le classement par pays de la coordination des projets de recherche. Délicate, la situation deviendrait désastreuse si, en raison du Brexit, la Suisse ne trouvait pas d’accord avec l’Europe. Le pays paiera le prix fort d’une exclusion du programme Horizon 2020, prévient-il. En livrant un plaidoyer pour l’ouverture au monde, garante de l’excellence académique et de la santé économique helvétiques.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.