La Suisse doit miser sur le tourisme individuel

EconomieSelon Credit Suisse mardi, le secteur doit moins vister les voyages en groupe pour mieux profiter des visiteurs en provenance d'Asie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tourisme suisse, notamment dans les régions alpines, repart lentement. Pour profiter du flux de visiteurs asiatiques, le secteur a meilleur intérêt à miser sur le tourisme individuel que sur les voyages de groupes, estime Credit Suisse.

A l'avenir, la contribution du tourisme de masse à la valeur ajoutée du secteur et de l'économie dans son ensemble devrait rester plutôt faible, prévoit Credit Suisse dans son dernier «Moniteur» publié mardi. Ni les hôtels haut de gamme, ni l'industrie des transports ne profitent de ce segment bon marché.

En outre, la demande dans ce domaine ne devrait pas croître de manière significative à l'avenir. La Suisse, estiment les experts de la banque aux deux voiles, va rester une station intermédiaire entre Paris et Rome. Elle manque de sites mondialement connus et au rayonnement international dont le public asiatique est friand, et l'offre dans de nombreuses régions de l'arc alpin ne répond pas à leurs besoins actuels.

Certes, les voyageurs en groupe d'aujourd'hui sont les touristes individuels de demain. A plus long terme donc, ils contribueront une plus forte valeur ajoutée. C'est donc l?attractivité de la Suisse en tant que destination pour les touristes individuels, y compris asiatiques, qu'il convient de pousser, juge Credit Suisse.

Coûts d'exploitation

Les conditions difficiles des dernières années et le recul des clients européens ont affecté différemment les destinations locales. Les clients européens des hôtels de montagne réagissent fortement aux fluctuations de prix. L'effet de l'euro-rabais a lui attiré les Helvètes vers la concurrence française ou autrichienne.

Les régions alpines ont vu entre 2010 et 2016 les nuitées hôtelières des touristes européens chuter de 41%. Toutes nationalités confondues, elles ont perdu 13%. Dans ce contexte, l'industrie hôtelière dans les Alpes poursuit ses ajustements structurels: toujours entre 2010 et 2016, le nombre d'établissements a diminué de 6%.

L'absence de neige au cours des deux dernières saisons froides a encore compliqué la situation pour l'hôtellerie et les remontées mécaniques. L'enneigement artificiel est certes une alternative, mais il accroît les coûts d?investissement et d'exploitation des nombreux opérateurs affectés.

Villes en verve

Les villes suisses, en revanche, n'ont pas enregistré de recul marqué des nuitées, même en période de forte appréciation du franc. Elles bénéficient du tourisme d?affaires indigène et européen, moins sensible au prix.

Plus récemment aussi, le tourisme urbain profite de la bonne dynamique des flux en provenance d'Asie. Désormais, un client sur six dans les hôtels citadins provient de ce continent, principalement de Chine ou d'Inde. (ats/nxp)

Créé: 12.12.2017, 10h06

Articles en relation

Le nouveau tunnel de base dope le tourisme au Tessin

Gothard Le nombre de nuitées a augmenté de manière significative au Tessin entre 2016 et 2017. Plus...

Le franc dévisse, les hôteliers se réjouissent

Tourisme La baisse du franc fait souffler un vent d'optimisme sur la saison hivernale en Suisse. Plus...

Le tourisme retrouve des couleurs

Suisse Le nombre de nuitées a augmenté de 4,7% durant l'été. Selon KOF, la saison hivernale s'annonce elle aussi favorable. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.