La Suisse a beaucoup joué les intermédiaires

«Panama Papers»Un rapport des Verts européens pointe du doigt le rôle des banques suisses, UBS et CS en tête, dans l'univers offshore.

La plaque du cabinet Mossack Fonseca, mis en cause par les «Panama Papers».

La plaque du cabinet Mossack Fonseca, mis en cause par les «Panama Papers». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En avril dernier, des médias du monde entier révélaient, dans le cadre des «Panama Papers», que des politiciens, sportifs et célébrités disposaient d'avoirs dans plus de 200'000 sociétés qui avaient été ouvertes au Panama par l'entremise du cabinet d'avocats Mossack Fonseca.

Or, d'après un rapport publié lundi par les Verts au Parlement européen, des intermédiaires financiers suisses, et plus particulièrement UBS et Credit Suisse, auraient joué un rôle important dans la médiation mondiale entre les structures offshore et certains clients.

Le rapport des Verts européens se concentre sur les intermédiaires entre de riches clients et les fournisseurs de sociétés dites «boîtes aux lettres», comme des banques, des cabinets d'avocats ou des sociétés d'audit et de conseil.

Plus de 24'000 intermédiaires

Ce document, relayé mardi par la «Neue Zürcher Zeitung» – et que l'ats a également pu se procurer – identifie en tout 24'176 intermédiaires, en compilant les documents des «Panama Papers» (2016), des «Offshore Leaks» (2013) et des «Bahamas Leaks» (2016).

Sur ce total, 140 sont classés en tant que médiateurs internationaux, car ils possèdent des unités d'affaires dans au moins trois pays.

La plupart de ces intermédiaires sont basés sur le continent asiatique, et plus particulièrement à Hong Kong, où le rapport en recense 4886. Environ un quart proviennent d'Europe. La Grande-Bretagne (2e rang) et la Suisse (5e rang) sont les seuls pays européens à figurer parmi les dix pays en tête de liste.

Conséquence de ce rapport, les Verts font sept recommandations. Ils suggèrent notamment à l'Union européenne (UE) d'entamer un dialogue politique avec Hong Kong, la Suisse et la Grande-Bretagne concernant la réglementation des intermédiaires.

UBS et Credit Suisse en tête

Selon le rapport, 1321 intermédiaires sont – ou ont été – actifs en Suisse. Parmi les vingt médiateurs internationaux les plus importants figurent notamment huit banques et deux des quatre plus grands cabinets d'audit et de conseil (Deloitte & Touche et PricewaterhouseCoopers). Avec respectivement 13'285 et 11'347 sociétés offshore liées à elles, dans plus de dix pays, UBS et Credit Suisse arrivent en tête.

A la suite des «Panama Papers», les banques suisses se sont retrouvées sous le feu des critiques, accusées de faire partie des établissements les plus actifs dans la fondation de sociétés offshore. Credit Suisse Channel Islands Limited et la filiale d'UBS à Genève auraient ainsi fréquemment créé de telles entités, avec l'aide du cabinet d'avocats panaméen. La filiale de Credit Suisse aurait fondé 918 sociétés établies dans le pays d'Amérique centrale et celle d'UBS en aurait créé 579.

Activités «légales»

Les deux grandes banques soulignent toutefois la légalité de leurs activités. UBS a notamment déclaré mardi à l'ats qu'elle connaît dans tous les cas l'ayant-droit économique des entreprises avec lesquelles elle collabore, à la demande de ses clients. Elle applique pour toutes ses relations bancaires et d'affaires les mêmes règles strictes de lutte contre le blanchiment d'argent.

UBS, qui s'est retiré en 2010 des activités en lien avec des sociétés offshore, met en oeuvre ces règles de façon cohérente et enquête systématiquement au moindre soupçon, a encore affirmé l'établissement.

Pour Credit Suisse, il est de la plus haute importance que ses clients utilisent les structures de placement uniquement à des fins légales, comme par exemple l'organisation de la fortune de familles disposant d'actifs financiers dans plusieurs pays, écrit la grande banque à l'ats.

Credit Suisse avait par ailleurs précisé s'en tenir aux règles, prescriptions et législations en vigueur dans le cadre de ses affaires transfrontalières. Depuis 2013, l'établissement a conclu et introduit des programmes de conformité fiscale dans de nombreux pays, dans le cadre desquels la clientèle privée doit démontrer que les avoirs sont déclarés. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2017, 17h07

Articles en relation

Panama Papers: le rapport d'experts bientôt publié

Panama La commission mise en place après l'éclatement du scandale des «Panama Papers» a conclu son enquête. Plus...

Panama Papers: Berne a repéré 450 personnes

Suisse L'Administration fédérale des contributions va transmettre 450 noms en lien avec les Panama Papers aux cantons. Plus...

Une présidentielle pour oublier les Panama Papers

Islande L'élection présidentielle doit trouver un successeur à Olafur Ragnar Grimsson, qui prend sa retraite à 73 ans au terme de son cinquième mandat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La question de la présence tessinoise réglée, celle de la place des femmes au Conseil fédéral va rapidement se poser. D'autant que trois vacances sont attendues d'ici 2019. Tour d'horizon des principales candidates.
(Image: Bénédicte) Plus...