La Suisse libère 120 millions de dollars pour le Brésil

Blanchiment d'argentCes fonds, selon la justice helvétique, sont issus des affaires de corruption qui entachent la société Petrobras.

La justice helvétique annonce avoir ouvert pas moins de neuf enquêtes pénales pour soupçon de blanchiment d'argent en rapport avec des faits de corruption dans le cadre de l'affaire Petrobras.

La justice helvétique annonce avoir ouvert pas moins de neuf enquêtes pénales pour soupçon de blanchiment d'argent en rapport avec des faits de corruption dans le cadre de l'affaire Petrobras. Image: VANDERLEI ALMEIDA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse est au cœur du plus grand scandale de l'histoire de corruption au Brésil, celui qui touche la société d'Etat Petrobras. C'est en tout cas ce qui ressort d'un communiqué publié cet après-midi par le Ministère public de la Confédération (MPC).

La justice helvétique annonce avoir reçu une soixantaine de communications du Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS) et ouvert pas moins de neuf enquêtes pénales pour soupçon de blanchiment d'argent en rapport avec des faits de corruption dans le cadre de l'affaire Petrobras. Les procédures visent huit ressortissants brésiliens, et une neuvième est ouverte contre inconnu.

Trente banques suisses

Le MPC dit avoir libéré plus de 120 millions de dollars, ce qui représente une partie des avoirs bloqués en Suisse aux fins de rapatriement au Brésil. Ils seront transférés à l'intention des lésés, précise le communiqué. Quelque 400 millions de dollars de valeurs patrimoniales ont été bloqués en Suisse par le MPC.

«Ces fonds libérés témoignent de la volonté de la Suisse de lutter contre l’utilisation abusive de sa place financière à des fins criminelles et de restituer les avoirs d’origine criminelle aux lésés», selon le communiqué du MPC. Les investigations menées par le MPC ont permis de découvrir plus de 300 relations d'affaires avec plus de trente établissements bancaires en Suisse, par lesquelles les versements pour corruption examinés par le Brésil ont vraisemblablement transité.

Plusieurs hauts cadres de Petrobras ont récemment avoué avoir recouru à des banques suisses, et genevoises en particulier, pour y cacher de l'argent issu de la corruption. Les noms de Julius Baer, de la maison Safra Sarasin, de Lombard Odier, de Cramer et de Pictet ont ainsi été évoqués.

Les ayants droit économiques des comptes, généralement ouverts au nom de sociétés de domicile, sont des cadres de Petrobras, des responsables de sous-traitants, des intermédiaires financiers, de même que, directement ou indirectement, des entreprises brésiliennes ou étrangères ayant versé des pots-de-vin.

Coopération judiciaire internationale

Le procureur général de la Confédération, Michael Lauber, durant une visite de deux jours à Brasília, a évoqué avec son homologue, le procureur général Rodrigo Janot, les perspectives d’un traitement conjoint du scandale Petrobras. Les deux procureurs ont évoqué des possibilités d'assistance mutuelle dans les procédures en cours.

En Suisse, les procédures pénales se poursuivent dans le but de faire rendre des comptes aux auteurs présumés et de déterminer la provenance des avoirs encore bloqués. Pour ce faire, le MPC a requis l'entraide judiciaire du Brésil et des Pays-Bas, et ces Etats ont également adressé des demandes d'entraide judiciaire à la Suisse auxquelles le MPC donne actuellement suite.

Créé: 18.03.2015, 16h45

Articles en relation

Des banques genevoises liées à l’affaire Petrobras

Soupçons de blanchiment Des cadres corrompus de la société brésilienne disent avoir caché de l’argent sale sur territoire helvétique. Plus...

Traqué au Brésil, caché à Genève

Commissions occultes Un homme impliqué dans un scandale historique dévastant l’Etat sud-américain se trouve en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.