La Suisse séduit toujours les investisseurs internationaux

ClassementFranc fort, votations sur l'immigration de masse ou initiative Minder ne freinent pas les investisseurs internationaux: la Suisse maintient son rang dans le classement annuel 2015 Foreign Direct Investment (FDI) du cabinet A.T.Kearney.

Les investisseurs sont plus nombreux à avoir une image positive de la Suisse.

Les investisseurs sont plus nombreux à avoir une image positive de la Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La mise en œuvre des rémunérations surveillées des dirigeants suite à la votation sur l'initiative Minder a produit ses premiers effets en 2014. Mais dans le même temps, c'est le vote sur l'initiative sur l'immigration de masse qui a inquiété les milieux économiques, notamment à l'étranger où le choix du peuple suisse a souvent suscité l'incompréhension. Enfin, l'abandon du taux plancher le 15 janvier a fait grimper le franc au plus haut, renchérissant non seulement le coût de la vie pour tout un chacun, mais aussi les investissements étrangers dans notre pays.

Tous ces facteurs auraient pu décourager les entreprises multinationales et les détenteurs de capitaux, ou les inciter à se tourner vers d'autres destinations. Pourtant, selon la dernière étude Foreign Direct Investment (FDI) Confidence Index du cabinet A.T.Kearney, la cote de la Suisse n'a pas chuté: notre pays reste au 14e rang mondial, comme en 2014.

Progression stoppée, mais sans recul

Plus réjouissant encore: en dépit de ces facteurs perturbants pour les acteurs économiques et malgré le sombre destin du secret bancaire ou encore la publicité négative de la Suisse liée aux affaires d'évasion fiscale, les investisseurs internationaux sont plus nombreux à avoir une image plus positive de notre pays (27%) cette année qu'en 2014, contre seulement 14% ayant de la Suisse une moins bonne image que l'an dernier.

Entré en 2012 dans le classement des 25 pays les plus attirants au monde pour les investisseurs internationaux, notre pays voit sa progression stoppée (après être passé de la 22e place en 2012 à la 18e en 2013 et à la 14e en 2014), mais ne perd pas de place cette année. Il dépasse une autre place financière de haut niveau mondial, Singapour (9e en 2014, 15e cette année). Une performance notamment due, selon les auteurs de l'étude, à «des infrastructures de top niveau mondial et un environnement économique compétitif». Avec une note de 1,74, la Suisse fait jeu égal avec les Pays-Bas (13e; 1,74) et talonne l'Italie (12e; 1,75).

Investissements internationaux par région

La zone euro est attractive

Au niveau mondial, le podium change quelque peu: le Royaume-Uni (1,95) prend place sur la 3e marche du podium au détriment du Canada (1,94), tandis que les Etats-Unis (2,10) et la Chine (2,0) conservent respectivement les première et deuxième places. Globalement, les pays européens, et notamment ceux de la zone euro, avantagés par une devise faible, regagnent des places dans le classement: Allemagne, France, Italie, Pays-Bas, Espagne, Belgique, Autriche et Finlande sont tous plus séduisants aux yeux des investisseurs. Cet effet des devises est corroboré par le bond du Japon, qui gagne douze places en un an pour se hisser au 7e rang mondial, dopé par un yen faible.

Créé: 06.05.2015, 17h46

Articles en relation

Le franc fort pénalise la croissance en Suisse romande

Conjoncture La croissance de la Suisse romande sera plus que divisée par deux cette année, à 0,8%. Plus...

Malgré le franc fort, Swiss réalise un bon 1er trimestre

Bilan La compagnie d'aviation a dégagé un bénéfice opérationnel de 51 millions de francs lors du 1er trimestre. Plus...

Les revenus des grands patrons n'ont pas augmenté en 2014

Salaires des managers Les rémunérations des chefs des plus grandes entreprises suisses cotées à la Bourse ont stagné en 2014. Mais, dans beaucoup de firmes, les actionnaires doivent encore approuver les montants perçus, en raison de l'initiative Minder. Plus...

Les salaires des cadres ont très peu baissé

Initiative Minder Le directeur d'Ethos tire un bilan mitigé des conséquences de l'initiative Minder. Plus...

Comment les grands patrons contournent Minder

Rémunérations Les conseils d'administration ne peuvent plus attribuer de parachutes dorés après l'initiative Minder mais ils ont déjà trouvé la parade: les clauses de non-concurrence. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.