Passer au contenu principal

La Suisse serait moins attrayante qu'il y a dix ans

La directrice d'economiesuisse, Monika Rühl, regrette que les votes fréquents remettent en question les atouts de la Suisse.

Monika Rühl souligne que les implantations de nouvelles sociétés sur sol helvétique se sont tassées en dix ans.
Monika Rühl souligne que les implantations de nouvelles sociétés sur sol helvétique se sont tassées en dix ans.
Keystone

La Suisse est devenue nettement moins attrayante au cours des dix dernières années, estime Monika Rühl, directrice d'economiesuisse. Selon elle, il y a eu deux fois moins d'implantations de nouvelles sociétés sur sol helvétique durant la période.

«Le nombre d'emplois que ces dernières ont générés a quant à lui baissé de 70%», explique Monika Rühl dans une interview parue lundi dans Le Temps. «Le problème tient au fait que tous les trois mois, nous votons sur des sujets qui remettent en question nos atouts. La place économique n'est plus considérée comme sûre.»

Franc fort surpassé

Malgré ces considérations, la directrice générale d'economiesuisse, la Fédération des entreprises suisses, se veut encore confiante. «Notre économie est, dans son ensemble, en bon état», précise la Bernoise, en poste depuis 2014, qui occupait auparavant le poste de secrétaire générale du Département fédéral de l'économie (DEFR).

«La plupart des entreprises ont su s'adapter à la levée du taux plancher, malgré des inégalités résiduelles selon le secteur, voire au sein d»une même branche«, ajoute Monika Rühl. »En soi, nous avons laissé cette crise du franc fort derrière nous, parfois au prix de délocalisations et de réorganisations importantes."

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.