Suisse Tourisme sous le choc après la décision de la BNS

Politique monétaireL'organisation faîtière craint une baisse importante des nuitées, surtout de la part de clients provenant de l'Allemagne et des Pays-Bas.

Jürg Schmid, le directeur de Suisse Tourisme, craint désormais le pire pour sa branche.

Jürg Schmid, le directeur de Suisse Tourisme, craint désormais le pire pour sa branche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suisse Tourisme dit être «sous le choc» après l'abandon jeudi par la Banque nationale suisse du cours plancher du franc par rapport à l'euro. Pour le président de la fédération, les prochains jours seront déterminants, car la branche est directement touchée par les variations de change.

Le secteur touristique suisse «ne peut en effet pas bénéficier d'importations au rabais pour ses offres, ni accroître sa productivité par l'automatisation de ses services, ou encore délocaliser ses activités», explique Jürg Schmid dans une interview publiée dimanche par Le Matin Dimanche.

«Cette annonce brutale crée une incertitude dans le processus de décision des clients étrangers à la veille de la haute saison», s'indigne-t-il. La branche a immédiatement observé un arrêt des réservations en provenance de l'Europe. «Les téléphones se sont arrêtés de sonner et surtout, les réservations en lignes ont cessé», relève M. Schmid.

Risque d'une importante baisse des nuitées

Le président de Suisse Tourisme note que si la parité entre le franc et l'euro se maintient, «nous enregistrerons une baisse importante des nuitées». D'après lui, les pays les plus «sensibles aux prix» sont l'Allemagne et les Pays-Bas.

Pour les touristes chinois et du Sud-Est asiatique, «qui ne visitent pas seulement la Suisse», mais d'autres pays européens, les fluctuations de change ont moins d'importance. Mais les Suisses demeurent la clientèle la plus importante pour le secteur touristique suisse. «Nous devons les convaincre de rester en Suisse», poursuit M. Schmid.

Avant d'adopter une nouvelle stratégie, le président de Suisse Tourisme demande d'attendre que la situation se calme pour voir dans quelle fourchette le franc va évoluer face aux autres monnaies. Des discussions ont été lancées dans la branche, mais la Confédération n'a pour l'instant pas encore été appelée au secours. «J'espère que nous n'aurons pas à le faire». (smk/ats/nxp)

Créé: 18.01.2015, 07h37

Articles en relation

«Déjà que les prix étaient élevés... là, c'est impossible!»

BNS/TOURISME Les touristes en vacances en Suisse, dépités suite à l'annonce de la Banque nationale, affirment qu'ils préfèrent dépenser leur argent ailleurs. Plus...

Le luxe reste le meilleur attrape-touristes russes

Devises Si les milieux touristiques s'inquiètent après la décision de la BNS, la catégorie des ultra-riches ne devrait guère modifier ses habitudes. Plus...

Fin du taux plancher: le directeur de la BNS s'explique

Politique monétaire Le directeur de la Banque nationale Thomas Jordan revient sur les raisons de l'abandon du taux plancher. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.