Passer au contenu principal

Les Suisses n'attendent pas le Black Friday pour faire leurs achats

Un sondage révèle que moins d'un Suisse sur dix attend le 29 novembre pour faire une bonne affaire. Et contredit une idée reçue.

Le Black Friday s'est implanté mondialement dans les habitudes des consommateurs.
Le Black Friday s'est implanté mondialement dans les habitudes des consommateurs.
Keystone

Les Suisses ne sont pas de grands fans du Black Friday. Selon un sondage représentatif de l'institut Demoscope, ils ne sont que 8% à attendre cet événement shopping pour faire de bonnes affaires. Parmi les jeunes (15-34 ans), 11 % déclarent qu’ils diffèrent leurs achats. Le phénomène est également plus répandu en Suisse romande avec 13% (contre 7% en Suisse alémanique).

Ce sondage contredit une des principales critiques adressées à cette journée noire, symbole de la consommation superflue pour certains. Institutionnalisé aux États-Unis dans les années 70, il a été introduit en 2015 en Suisse, notamment par la grande chaîne Manor. On pensait que de nombreux clients patientaient jusqu’au jour fatidique pour acheter leurs cadeaux de Noël au meilleur prix.

«Le Black Friday semble continuer à inciter les Suisses à faire des achats spontanés, estime Julian Zrotz, spécialiste du commerce de détail auprès de blackfridaydeals.ch, qui a commandé l'étude. Les détaillants génèrent de précieuses ventes supplémentaires avec des offres attrayantes.»

Plus populaire en Suisse romande

Les Romands sont plus prompts à dégainer leur portefeuille à cette date. 30% d'entre eux avouent qu’ils veulent faire leur shopping lors du Black Friday de cette année, prévu le 29 novembre prochain, contre 19%. Environ un cinquième des personnes sondées sont indécises. Si les Suisses ne s'emballent pas pour le Black Friday, cela est sans doute dû aux nombreuses plateformes internet qui suivent en temps réel différentes offres du commerce de détail.

La tradition américaine n'est pas du goût de tous, loin de là. 59% des personnes interrogées considèrent ces journées, comme le Cyber Monday, comme plutôt négatives. Près d’un tiers reste neutre. Les personnes âgées (55 à 74 ans) sont majoritairement sceptiques à leur égard. Il n'empêche que le matraquage de ces dernières années a plutôt bien marché: 97% des Suisses connaissent le Black Friday.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.