Sunrise confirme discuter du rachat d'UPC

TélécomsL'entreprise de télécommunications Sunrise a confirmé mardi soir qu'il négociait avec Liberty Global le «rachat éventuel» de sa filiale UPC Suisse.

Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sunrise a réagi aux spéculations quant à une éventuelle reprise d'UPC Suisse. Le numéro deux helvétique des télécommunications a «confirmé» être en discussion avec la multinationale anglo-saxonne Liberty Global, la maison-mère d'UPC, pour le «rachat éventuel» de sa filiale helvétique.

«Sunrise va seulement poursuivre une transaction étant sensée d'un point de vue stratégique et dégageant de la valeur pour ses actionnaires», a précisé l'opérateur établi à Zurich dans un communiqué mardi soir. Le groupe a ajouté qu'il demeurait «prudent» en matière de fonds propres et qu'il conservera sa «politique de distribution progressive envers les actionnaires».

L'opérateur a précisé qu'il «n'y a aucune certitude qu'un accord soit conclu» avec Liberty Global. Vendredi dernier, le Financial Times, citant une source proche du dossier, avait fait état de discussions avancées entre Sunrise et Liberty Global au sujet d'UPC. Contacté par AWP, Sunrise avait indiqué avoir pris connaissance de l'article en question, mais avait refusé de commenter des spéculations.

Le quotidien saumon avait également évoqué Vodafone comme faisant partie des potentiels repreneurs. Selon le journal, la valorisation de Sunrise atteint 4,3 milliards d'euros (4,9 milliards de francs), dette incluse. Les discussions avec Liberty Global interviennent aussi dans le contexte des prochaines enchères portant sur les fréquences de la nouvelle norme de téléphonie mobile, la 5G, auxquelles la rumeur attribue aussi un intérêt du géant britannique.

Swisscom toujours loin devant

Les analystes de Goldman Sachs ont évalué les synergies potentielles émanant d'une fusion entre Sunrise et UPC entre 1,5 et 2,4 milliards de francs. Un tel mariage aurait des conséquences négatives pour le numéro un helvétique Swisscom, le géant bleu risquant de perdre des parts de marché du côté de la télévision et de l'internet, ont estimé les spécialistes dans une note. La banque américaine a évalué les pertes potentielles à 107 millions de francs.

Parallèlement, Swisscom, qui présente jeudi ses résultats pour 2018, fait face à la politique de prix agressive de Salt. Mais le géant bleu conserverait encore une belle marge par rapport à un dauphin né d'une fusion entre Sunrise et l'ex-UPC Cablecom, en particulier en termes de chiffre d'affaires. En 2017, Swisscom a dégagé des revenus dans les télécommunications en Suisse de plus de 7 milliards de francs, sur un total de 11,7 milliards. Ensemble, Sunrise et UPC affichent des ventes de 3,2 milliards.

La banque zurichoise Vontobel entrevoit également «d'importantes synergies» d'environ 1,8 milliard de francs, estimant que par cette opération Sunrise gagnerait l'accès au «dernier kilomètre» (le lien entre le domicile et le dernier relais) d'UPC. Les clients bénéficieraient d'une offre plus complète.

Dans le sillage des spéculations, une porte-parole de Freenet, un gros actionnaire de Sunrise, avait déclaré lundi à l'agence Reuters considérer qu'une consolidation du secteur est appropriée, qu'une éventuelle transaction serait examinée et qu'un accord ne serait pas exclu. L'opérateur d'outre-Rhin contrôle près de 25% des actions Sunrise.

Action en hausse

Les investisseurs ont eux salué la confirmation des discussions menées par Sunrise. A la clôture, l'action Sunrise avait gagné 0,9% à 79,45 francs, à contre-courant d'un SLI en retrait de 0,10%.

Fin septembre, Sunrise comptabilisait 1,7 million d'abonnés mobiles, auxquels s'ajoutent 677'000 clients au forfait prépayé. Sur les lignes fixes, le groupe totalise 460'000 abonnés, 449'000 à internet et 236'000 à la télévision. UPC Suisse comptait pour sa part 712'000 abonnés internet, 1,1 million à l'offre télévisée, 525'000 à la téléphonie fixe et 138'000 pour le mobile.

Récurrentes ces derniers mois, les rumeurs quant à une fusion d'UPC en Suisse avec Sunrise ou le lausannois Salt ont été alimentées par les cessions par Liberty Global de plusieurs de ses entités européennes. Le groupe a cédé l'an dernier ses réseaux câblés en Allemagne, en Hongrie, en République tchèque et en Roumanie au géant britannique de la téléphonie mobile Vodafone pour 18,4 milliards d'euros (20,6 milliards de francs).

Auparavant, Liberty Global avait déjà vendu sa filiale autrichienne, laquelle était dirigée en commun avec son unité helvétique UPC. (ats/nxp)

Créé: 06.02.2019, 18h22

Articles en relation

Tests mobiles: Swisscom un cheveu devant Sunrise

Suisse Selon un test du magazine allemand Connect, Swisscom devance d'une toute petite longueur son rival Sunrise en terme de qualité du réseau mobile. Plus...

Sunrise a amélioré sa rentabilité

Téléphonie L'opérateur a dépassé les attentes les plus optimistes au troisième trimestre et il a confirmé ses objectifs annuels. Plus...

Les opérateurs Internet fâchent en imposant des abonnements plus chers

Le Matin Dimanche Swisscom, Sunrise et UPC font passer des clients à un forfait plus élevé sans que ceux-ci n’aient rien demandé. La pratique, en augmentation, est légale mais suscite une pluie de plaintes auprès de la FRC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...