Sunrise développe son offre en Suisse romande

TélécommunicationLe groupe a engagé du personnel à Prilly et amélioré son réseau au nord du Léman. Il rattrape son retard, estiment des observateurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Opération de charme hier du côté de Sunrise Communications AG. La presse était conviée pour visiter les bureaux de la société à Prilly, une année après avoir déménagé de Renens.

De hautes instances du groupe ont fait le déplacement de Zurich, dont son directeur général, Libor Voncina, pour présenter le développement de l’offre et des forces de Sunrise, surtout en terres romandes. Offre étoffée au nord du Léman

Des cartes montrant la couverture 4G au nord du Léman ont montré à quel point cette dernière s’est étoffée ces derniers mois. La société dit avoir engagé une trentaine de collaborateurs pour renforcer son service après-vente à Prilly au point que, proportionnellement aux Alémaniques, les Romands appelant le call center sont désormais mieux servis.

Sunrise propose en outre des offres dans la région qu’on ne trouve pas outre-Sarine. Les abonnements réservés aux fonctionnaires, effectués par l’intermédiaire de la société genevoise Medinex, ne sont en effet disponibles que dans les cantons romands et au Tessin.

Suivre le développement économique supérieur à la moyenne

Une croissance économique et démographique plus rapide en Suisse romande qu’en terres alémaniques ces dernières années explique la stratégie particulière du groupe pour cette partie du pays, selon Sunrise.

D’autres observateurs se demandent si le groupe zurichois n’entend pas plutôt rattraper son retard sur sol francophone. En termes de force, il n’est pas compensé: Sunrise occupe 225 personnes en Suisse romande. C’est moins que Swisscom mais aussi que Salt, un groupe dont l’effectif global est pourtant bien moindre (voir infographie).

Pour Swisscom, les régions semblent moins importantes

Les autres opérateurs ne disent pas avoir de velléités spécifiquement romandes. «Swisscom a un mandat de service universel», justifie son porte-parole, Christian Neuhaus.

Que le principal opérateur helvétique ait procédé en janvier à la plus grande acquisition romande de son histoire – en absorbant la société lausannoise Veltigroup – et qu’il ait repris l’an dernier la quasi-totalité des parts du vaudois PubliGroupe ainsi que la société genevoise DL Groupe relève donc de la coïncidence.

Fort ancrage historique de Salt (ex Orange) en Suisse romande

Salt – qui siège à Renens et qui s’appelait Orange jusqu’en avril – a toujours eu proportionnellement plus de clients sur sol romand car elle a toujours été basée dans cette partie du pays.

«Orange a obtenu sa licence d’opérateur de téléphonie mobile en 1999 parce qu’elle était romande», estime d’ailleurs Therese Wenger, porte-parole de Salt. «Mais nos offres et notre stratégie sont les mêmes à travers le pays», souligne-t-elle.

Sunrise dit avoir marqué des points dans sa nouvelle conquête: «Notre part de marché en Suisse romande a grandi», a déclaré hier Fabrice Allegro, directeur marketing du groupe, sans fournir de chiffres. Ces derniers mois, la division business du groupe a notamment convaincu la police de Genève et un important négociant de matières premières du bout du lac de recourir à ses services.

Service gagnant avec Roger Federer

Sunrise se montre très satisfait de son partenariat publicitaire avec Roger Federer lancé en décembre. Le groupe, qui ne divulgue aucun chiffre à ce sujet, souligne que les retombées sont énormes.

«La couverture, avec Roger, est fantastique. Les gens voient tout de suite les pubs», relève Fabrice Allegro, directeur marketing de Sunrise. Autrement dit, si la firme a mis le prix pour collaborer avec une telle star, elle peut se permettre de solliciter un nombre moindre de supports publicitaires, de la TV aux journaux.

L’exemple des cinémas est évocateur: 88% des gens qui se sont rendus dans les salles obscures se souviennent avoir vu l’annonce de Roger et Sunrise avant le film, selon une étude de l’institut Link réalisée en mars, quand les premiers spots sont sortis.

En Suisse, le taux moyen ne dépasse pas les 16%. Un shooting, réalisé ce printemps, aboutira à une nouvelle salve publicitaire cet automne. Roger sera à nouveau convoqué cet été pour créer d’autres annonces, qu’on verra en 2016. Pour gérer cette campagne, Sunrise compte sur son partenaire habituel, l’agence genevoise Mediatonic.

Créé: 18.06.2015, 07h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.