Le surmenage coûte plus de 5 milliards par an

TravailL'épuisement et le stress excessif sur le lieu de travail coûtent environ 5,6 milliards de francs par an aux entreprises.

Les Romands ressentent davantage de stress au travail que les Alémaniques.

Les Romands ressentent davantage de stress au travail que les Alémaniques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus d'un million des 4,9 millions de travailleurs en Suisse souffre de stress excessif et deux millions d'épuisement plus ou moins important sur leur lieu de travail. Ce surmenage coûte quelque 5,6 milliards de francs par an à l'économie suisse.

Ces chiffres ressortent de la première enquête «Job Stress Index 2014» réalisée en collaboration avec l'Université de Berne et l'Université des sciences appliquées de Zurich sur mandat de la Promotion Santé Suisse. Ces indicateurs seront désormais relevés chaque année, ce qui permettra de suivre l'évolution du stress en Suisse.

L'étude se base sur une enquête représentative menée sur Internet en février dernier auprès de 3484 actifs en Suisse de différentes tranches d'âges, régions et branches. La pression des délais, le surmenage ainsi que les problèmes avec les supérieurs et les collègues sont considérés comme des facteurs de stress.

Estime des supérieurs

Les ressources, comme l'estime et le soutien des supérieurs ou encore la marge de manoeuvre, sont autant de facteurs de protection. L'enquête montre que la majorité des employés gèrent bien les contraintes dans leur quotidien professionnel. Pour un quart des actifs, ce n'est toutefois pas le cas.

Les Romands ressentent davantage de stress au travail que les Alémaniques. Les jeunes en souffrent plus que les plus de 40 ans. En revanche, l'enquête ne montre pas de différence entre femmes et hommes.

Les employés à plein temps sont plus tendus que ceux qui travaillent à temps partiel, à nouveau sans différence entre femmes et hommes. A temps partiel, ces derniers montrent toutefois un taux légèrement supérieur de stress par rapport aux femmes. Aucune corrélation n'a pu être démontrée entre ce trouble et le niveau de formation ou la branche.

Chefs moins stressés

L'étude révèle que le stress est lié au rang hiérarchique. Les chefs se disent moins stressés que les employés. Ils bénéficient en effet de plus de ressources pour alléger leur travail. Ils ont aussi davantage de marge de manœuvre et peuvent décider seuls comment et quand ils comptent accomplir leurs tâches.

Le rapport s'intéresse également à l'épuisement au travail, décrit comme «un sentiment de surmenage, de perte d'énergie et d'épuisement général».

Parmi les personnes interrogées, 40% disent souffrir d'épuisement, un quart d'épuisement important voire très important. Il touche davantage les personnes travaillant à plein temps qu'à temps partiel, les femmes que les hommes, les jeunes que les travailleurs plus âgés.

Epuisement stressant, et vice versa

L'index sur le stress au travail est fortement lié à l'épuisement. En effet, le sentiment d'être stressé peut davantage surmener, alors qu'une importante fatigue peut augmenter le sentiment d'être stressé, écrivent les auteurs.

Les actifs qui se plaignent de stress ou d'épuisement ont également plus de problèmes psychosomatiques et de sommeil, sont plus irrités, et sont en général en moins bonne santé.

Les personnes qui ont un index de stress défavorable, c'est-à-dire qui travaillent avec davantage de stress que de ressources, sont malades pendant 4,3% de leurs heures de travail. S'ils vont quand même bosser, leur productivité sera réduite de 15%. Les employés avec un index paritaire entre stress et ressources manquent 3,3% de leurs heures de travail et sont 10% moins productifs.

Cher pour les entreprises

Le manque de production causé par les absences maladie, la baisse de productivité, la réduction du temps de travail, une fluctuation du personnel plus élevée ou des départs précoces, coûte cher aux entreprises: plus de 5,6 milliards de francs par année, selon les auteurs de l'étude. Trois quarts de cette somme est due à la baisse de productivité.

Et les auteurs de remarquer: «Si les entreprises investissaient plus dans le management de la santé et si les actifs avaient tous un meilleur rapport entre les ressources et les charges, les entreprises pourraient économiser pour plus de 5 milliards de francs».

Donner plus de ressources

L'index est également fortement dépendant de la satisfaction au travail, de la relation émotionnelle avec l'entreprise, des envies de la quitter et de l'enthousiasme au travail. Qui souffre davantage de stress et d'épuisement au travail, estime que sa vie privée est péjorée par sa vie professionnelle.

En conclusion, les chercheurs remarquent que l'idéal sur le lieu de travail n'est pas un équilibre entre facteurs stressants et ressources, mais davantage de ressources. (ats/nxp)

Créé: 19.10.2014, 16h30

Phénomène de plus en plus étudié

L'étude sur le stress réalisée en 2010 par le SECO obtient des résultats semblables à ceux de l'index sur le stress au travail de la Promotion Santé Suisse. En 2010, près du tiers de la population active indiquait souffrir souvent voire très souvent de stress au boulot.

Par rapport à la première étude de 2000, le SECO avait constaté une importante augmentation du stress sur le lieu de travail. «Il semble qu'il s'agisse d'un phénomène général, car aucune spécificité liée à un métier ou une branche n'est apparue», avait-il remarqué. Un constat à nouveau relevé par l'étude actuelle.

Les interruptions pendant une tâche sont particulièrement pesantes. Elles peuvent mener à des problèmes de santé, mais n'augmentent pas le sentiment de stress, avait noté le SECO. Un management favorable et une bonne conciliation entre la vie de famille et le travail permettent d'alléger les tensions.

L'office fédéral n'avait cependant pas fait de liens entre le sentiment d'être stressé et les absences au travail. Pour lui, les gens qui sont tendus ont déjà des problèmes de santé lorsqu'ils se rendent au travail. Dans son étude de 2010, le SECO n'avait pas non plus chiffré les coûts de ces problèmes pour l'économie. En 2000, les coûts médicaux et ceux liés à des absences au travail à cause du stress se montaient à 4,2 milliards de francs par an.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.