Swatch lance sa montre pour payer en Suisse

TechnologiesLe groupe horloger et Visa Inc proposent maintenant un garde-temps permettant de payer sans argent liquide.

La fameuse montre permet de faire un paiement par simple contact avec le boîtier, via le système de carte de crédit de Visa.

La fameuse montre permet de faire un paiement par simple contact avec le boîtier, via le système de carte de crédit de Visa. Image: ARND WIEGMANN/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après six mois d’expérience en Chine, Swatch Group lance sur le marché suisse une montre permettant de payer sans argent liquide. Et ce nouvel article ressemble furieusement aux premières œuvres horlogères de l’ex-patron Nicolas Hayek, décédé en juin 2010.

Bellamy, le dernier garde-temps griffé Swatch, apparaît comme une montre austère, fiable et sans le moindre matériau noble. Son prix reste évidemment très sobre: 105 francs. Mais nous ne sommes plus dans les années 80. La nouvelle Swatch ne peut donc plus se contenter de nous indiquer l’heure. Cette montre nous permettra de vivre en payant nos achats en quelques secondes. Sans dégainer d’argent liquide ni de monnaie plastique.

Payer d’un coup de poignet

Un système tout en confort et en sécurité, autant pour les consommateurs que pour les commerçants, élaboré en partenariat avec Visa Europe, société exploitant le plus grand réseau de paiement sur le Vieux-Continent (plus de 18 milliards de transactions par an). Mais, concrètement, qu’est-ce que cela signifie?

La Bellamy est équipée d’une antenne NFC (Near Field Communication) et d’une puce électronique, des technologies déjà parfaitement intégrées dans les paiements par carte. Le détenteur de ce joyau approche son poignet à quatre centimètres d’une borne, dûment signalée aux caisses. En Suisse et à l’étranger. En deux ou trois secondes, parfois moins, le paiement est enregistré.

Tout en prudence

La célérité d’une telle opération est favorisée par la nature du nouveau périphérique mobile, la montre, encore plus maniable que le smartphone ou la tablette. Surtout lorsque le chaland ou la ménagère, portant de lourds cabas, ne savent plus vraiment où chercher ces engins dans leurs affaires. Et la cadence des paiements s’accélère encore davantage avec la Bellamy lors des plus modestes emplettes: jusqu’à 40 francs, l’acheteur n’a en effet pas besoin d’introduire de PIN code.

Les trois partenaires, Swatch, Visa et Cornèr Bank AG (le premier et un des principaux émetteurs de cartes Visa en Suisse), se sont en outre entendus sur un système de paiement tout en prudence pour la Bellamy. Il ne fonctionne que par prépaiement. Autrement dit comme une carte de débit.

Les dépenses de l’utilisateur, âgé de 18 ans au minimum, s’avèrent donc limitées au montant provisionné sur son compte. Les paiements avec cette Swatch requièrent en plus un domicile, une adresse et un numéro de téléphone portable en Suisse.

Tous les renseignements utiles peuvent être trouvés à l’adresse suivante: my.cornercard.ch/swatch

Détaillants rassurés

«Nos premières expériences avec la Bellamy ont commencé en janvier en Chine. Les consommateurs de l’Empire du Milieu, intrigués ou fascinés, nous ont adressé aussi bien des critiques que des suggestions. Ils ont utilisé leur Swatch en Chine, mais aussi lors de voyages dans de nombreux autres pays. Du fait de l’énorme taux de pénétration de notre partenaire, la marque Visa, les détaillants se montrent en plus tout à fait rassurés», se félicite Carlo Giordanetti, directeur créatif de Swatch.

En cette période de grandes incertitudes dans l’horlogerie suisse, la firme biennoise démontre ses capacités d’innovation et de diversification. Les plus prometteuses semblent relever du savoir-faire acquis dans l’élaboration de batteries, chez Belenos Clean Power Holding AG et Renata AG. Ces filiales de Swatch Group se préparent déjà à de grands développements liés à un très proche avenir de l’industrie automobile. Celui des véhicules hybrides et électriques.

Créé: 16.06.2016, 16h53

Articles en relation

La jeunesse boude la montre connectée

Suisse Les jeunes de 16 à 25 ans restent pour la plupart attachés à leur cadran traditionnel, révèle un sondage dévoilé mardi à Genève au début du salon international EPHJ-EPMT-SMT. Plus...

Swatch tisse sa toile pour sa montre connectée

Suisse La marque de montres suisses Swatch a signé un accord avec l'établissement suisse Corner Banque SA/Cornercard. Plus...

Les solutions de paiement mobile se déploient en force

Désormais, chaque habitant en Suisse a pu palper le nouveau billet de 50 francs et le ranger dans son porte-monnaie. Pourtant, celui-ci va beaucoup moins circuler que son prédécesseur. La raison? Les nouvelles solutions de paiement mobile débarquent en force en ce moment même et elles viennent concurrencer les cartes plastiques, toujours plus nombreuses à pouvoir être utilisées sans contact.
Les smartphones et montres de nouvelle technologie peuvent ainsi servir de porte-monnaie virtuel et remplacer la monnaie physique. L’application lancée l’an dernier par PostFinance, Twint, qui permet de payer simplement ses achats grâce à son smartphone, a déjà pris place dans le commerce de détail à large échelle. La petite borne verte vers laquelle on approche son appareil pour accepter la transaction ne fait que s’étendre, Migros ayant décidé, après Coop, d’équiper ses caisses.

Ce système de paiement va prendre d’autant plus d’envergure que Twint va fusionner avec son plus gros concurrent en Suisse, Paymit. La solution de paiement mobile commune, qui sera en fonction dès l’automne, réunira PostFinance et les plus grandes banques du pays, y compris la BCV et la BCGE, ainsi que Swisscom et SIX, le prestataire de services d’infrastructure financière. Cette alliance est salutaire non seulement pour le consommateur en Suisse – qui n’aura pas à se creuser la tête pour choisir l’un des deux systèmes – mais également pour les commerçants, qui pourront tous adopter la nouvelle solution en y intégrant leurs cartes clients, ainsi que pour les émetteurs de cartes et les institutions financières, qui pourront travailler sur la base d’une technologie commune. Rappelons que Twint fonctionne grâce à une connexion sans fil Bluetooth, alors que Paymit utilise un code QR s’affichant sur l’écran du smartphone.

Cette alliance n’écarte pas la concurrence puisque se profile désormais le système Apple Pay, annoncé pour cet été. Toutefois, le service de paiement de la firme à la pomme sera dans un premier temps réservé aux cartes Visa des émetteurs Bonuscard, Cornercard et Swissbankers, et utilisable chez les hardiscounters Aldi et Lidl. Apple a semble-t-il des difficultés à trouver des partenaires en Suisse. La firme californienne veut en effet sa part du gâteau. En France, elle prélève une commission correspondant à environ 0,10% pour un montant d’achat de 50?euros.

Les possibilités d’utiliser le système Apple Pay sont extensibles puisque, comme celui de Swatch, il fonctionne avec la technologie sans fil NFC, qui utilise des ondes radio à haute fréquence pour permettre aux appareils électroniques de communiquer sur de courtes distances. Or, actuellement, deux terminaux de paiement sur trois sont déjà équipés pour traiter de telles transactions sur un grand nombre de cartes de débit et de crédit équipées de la puce nécessaire. Le numéro d’identification personnel (NIP) n’est nécessaire que pour les gros montants. Jean-Marc Corset

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.