Passer au contenu principal

Swiss accroît significativement son résultat opérationnel

Le transporteur à la croix blanche a accru son résultat opérationnel EBIT de 34% sur un an à 453 millions de francs.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Keystone

Pour Swiss, il s'agit du troisième meilleur résultat opérationnel (EBIT) de son histoire. Les investissements consentis dans sa flotte notamment ainsi que les mesures stratégiques prises dans le cadre du programme d'économies SCORE portent leurs fruits. Les prix bas du carburant ne sont pas étrangers non plus à l'amélioration de la rentabilité, tandis que le franc fort a pesé sur les revenus.

En raison des conditions de marché difficiles et de la pression sur les prix, le chiffre d'affaires annuel s'est tassé de 3,5% pour s'inscrire à 5,04 milliards de francs, a annoncé l'entreprise jeudi dans un communiqué.

Au quatrième trimestre, les ventes ont diminué de 6% à 1,21 milliard de francs. Et le bénéfice d'exploitation a chuté de 39% à 52 millions de francs. Ce recul s«explique essentiellement par l«impact favorable de la dissolution de provisions sur le bénéfice du 4e trimestre 2014, souligne la firme.

Nombre record de voyageurs

En 2015, la société a transporté 16'31 millions de passagers, battant une fois de plus son propre record. Sur un an, cela représente une hausse de 0,9%. Swiss a effectué 145'146 vols. Ce nombre est en progression de 0,7% par rapport à 2014.

Ses capacités exprimées en sièges kilomètres offerts ont connu une hausse de 1,1% sur l'ensemble du réseau. Le trafic, soit le nombre de passagers par kilomètres transportés, a, quant à lui, augmenté de 0,8%. Le taux d'occupation des sièges a, par contre, affiché un léger repli de 0,3 point pour s'établir à 83,4%.

Sur le seul quatrième trimestre, le taux d'occupation des sièges a baissé de 0,7 point à 81,9%. Le trafic a diminué de 1,2% pour des capacités en recul de 0,3%. Les tonnes-kilomètres transportées ont baissé de 10,2% et le coefficient de remplissage de 3,3 points.

Attentes plus moroses

Côté perspectives, «les difficultés de 2015 persisteront cette année», explique Thomas Klühr, le nouveau directeur général de Swiss. Le 1er février, cet Allemand a succédé à son compatriote Harry Hohmeister. En raison du franc fort, la compagnie table sur un résultat légèrement inférieur pour cette année.

Quant au renouvellement des avions, il suit son cours en 2016. Neuf Boeing 777 seront progressivement intégrés à sa flotte. Au bénéfice d'une connexion internet sans fil, les nouveaux appareils pourront accueillir 340 passagers. Ils desserviront principalement l'Asie, l'Amérique du Sud et la côte ouest des Etats-Unis.

Swiss attend également la livraison de son premier avion court et moyen-courrier de type Bombardier CSeries. Trente aéronefs de ce type ont été commandés. «En 2018, la compagnie disposera de l'une des plus jeunes flottes européennes», précise-t-elle.

La mise en service de ces avions s'accompagnera, d'ici à la fin de 2018, de la création de près de 500 emplois supplémentaires. A la fin 2015, Swiss comptait 8564 collaborateurs.

Pour le syndicat du personnel des transports (SEV), si l'extension des engagements dans le cockpit et en cabine est un premier pas, ce développement doit également avoir des répercussions sur le personnel au sol.

En outre, le résultat positif du bouclement des comptes laisse entrevoir une marge de manœuvre, cet automne, pour l'évolution des salaires, précise le syndicat dans un communiqué.

Retour du dividende

Quant au groupe Lufthansa, il a vu son bénéfice net croître, de 55 millions en 2014 à environ 1,7 milliard d'euros (1,87 milliard de francs) en 2015. Et cela malgré de nombreuses grèves et le crash d'un avion de l'une de ses compagnies, Germanwings, survenu en mars 2015.

Soutenu par une bonne saison d'été, le chiffre d'affaires du groupe a grimpé de 7% à 32,1 milliards d'euros. En 2015, son EBIT ajusté a grimpé de 55% à 1,82 milliard, dans la fourchette que le groupe s'était donnée (entre 1,75 et 1,95 milliard).

L'entreprise va verser un dividende à ses actionnaires, de 0,50 euro par titre pour 2015, après une année blanche en 2014. Et elle affirme vouloir continuer à en octroyer un, dans les années à venir.

Pour 2016, Lufthansa prévoit une «légère» amélioration de son bénéfice d'exploitation EBIT ajusté, mesure de référence pour la société, sans donner de chiffre précis. Mais cela s'entend hors frais liés à d'éventuelles grèves.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.