Swiss mise sur Sion l’hiver prochain

Saison de skiAlors que la livre sterling plonge, la filiale de Lufthansa reliera à nouveau Londres à Sion.

Pour le trajet Zurich-Sion, la place pourra être réservée à partir de 79 francs.

Pour le trajet Zurich-Sion, la place pourra être réservée à partir de 79 francs. Image: Keystone/Gaëtan Bally

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Swiss International Air Lines AG offrira des vols destinés tout particulièrement aux skieurs britanniques cet hiver. En fait, à tous les sujets de la reine Elizabeth II amateurs de neige. La filiale de Lufthansa reliera ainsi l’aéroport de London-City à celui de Zurich, avec escale à Sion. Ces nouvelles opérations seront effectuées du 4 au 25 février.

Pour le trajet Zurich-Sion, la place pourra être réservée à partir de 79 francs. Le vol aller-retour coûtera 129 francs. Les «British» devront débourser davantage que les Alémaniques: l’aller simple London City-Sion devra ainsi être payé au moins 146 francs et l’aller-retour 162 francs.

Ces tarifs ne sont valables que pour les voyages sans bagage en soute. Ils varient en outre en fonction de la demande sur chaque vol. Ultime détail: ces vols ne seront pas effectués avec des avions et des équipages de Swiss. Il s’agira en fait d’opérations assurées par du personnel de Helvetic Airways AG, compagnie schwytzoise mandatée par Swiss («wetlease»), utilisant à cette occasion des Embraer 190 dotés de 112 places passagers.

Cette offre hivernale et alpine n’est certes pas tout à fait une première. Juste après le deuil de Swissair, Swiss avait proposé des vols Bâle-Sion au cours de l’hiver 2002-2003, puis Zurich-Sion lors des deux hivers suivants. Il y avait même eu du London Heathrow-Sion au cours des trois mêmes hivers.

Clientèle cruciale

Mais, lors de cet hiver 2016-2017, l’offre de Swiss inspirera une reconnaissance toute particulière aux exploitants de remontées mécaniques, hôteliers et autres professionnels du tourisme valaisans. La clientèle britannique s’avère en effet cruciale dans leur canton. L’an dernier, les touristes britanniques ont acheté plus de 100 000 nuitées à Zermatt (chiffres de l’Office fédéral de la statistique), environ 40 000 dans le val de Bagnes (Verbier) et près de 30 000 à Saas Fee.

L’hiver prochain s’annonce cependant maussade. La livre sterling a en effet chuté de plus de 15% par rapport au franc depuis que les citoyens britanniques ont décidé le 23 juin de quitter la zone euro. Dans ce contexte, l’institut de recherche conjoncturelle de l’Ecole polytechnique de Zurich (KOF) prévoit une chute de 9,7% de la demande en nuitées réservées en Suisse par des touristes britanniques.

Le directeur de Suisse Tourisme, Jürg Schmid, cité avant-hier dans l’hebdomadaire zurichoise NZZ am Sonntag, se veut moins pessimiste. Il ne s’attend qu’à un recul de 4% des nuitées britanniques l’an prochain, se référant ainsi aux prévisions de l’institut Oxford Economics.

Baisse persistante

Plusieurs experts s’attendent cependant à un affaiblissement persistant de la devise du Royaume-Uni. A l’instar de Frederik Ducrozet, économiste de Banque Pictet & Cie SA: «Tout porte à croire que la baisse de la livre pourrait se poursuivre.»

Créé: 01.11.2016, 09h55

Air France-KLM s’impose un réel défi

Entré en fonction le 4 juillet, le nouveau PDG du groupe aérien Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, commence maintenant à affronter les vraies difficultés. Il présente en effet demain au conseil d’administration le nouveau plan stratégique du troisième transporteur aérien européen (en fonction du nombre de passagers).
Ce dispositif, intitulé «Trust Together», succède à «Transform 2015» et «Perform 2020», élaborés par le prédécesseur de Jean-Marc Janaillac, Alexandre de Juniac. Le titre du dernier millésime provient de l’espoir, si ce n’est l’objectif, de restaurer des relations de confiance entre la direction et les employés, les différentes catégories de personnel, celui d’Air France
et celui de KLM.
Les soucis de compétitivité placeront aussi au premier plan l’avenir du low cost chez
Air France-KLM. A ce sujet, le groupe serait sur le point de s’imposer un réel défi. Les cercles les mieux informés évoquent en effet un projet
de compagnie à bas coût vouée aux vols long-courriers. Nombre de spécialistes s’interrogent. P.RK

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.