Swiss peine à recruter du personnel de cabine

AviationLa filiale de Lufthansa est déjà contrainte de voler avec moins d’hôtesses sur trois destinations.

La pénurie de personnel ne devrait avoir aucun impact sur son offre, prétend Swiss.

La pénurie de personnel ne devrait avoir aucun impact sur son offre, prétend Swiss. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Chères collaboratrices, chers collaborateurs, notre compagnie va voler avec moins de personnel que d’habitude sur des vols à destination de Moscou, du Caire et de Tel-Aviv», a en substance annoncé la semaine dernière le planificateur des effectifs en cabine de Swiss International Air Lines AG, Heinz Herzog, dans un e-mail interne. Comme nous l’a confirmé hier Meike Fuhlrott, porte-parole du transporteur.

Cette information, certes un brin anecdotique dans la vie quotidienne d’une compagnie d’aviation, illustre néanmoins une situation délicate au sein de la filiale de Lufthansa. L’an dernier Swiss prévoyait d’engager 800 nouveaux flight attendants, autrement dit hôtesses de l’air et stewards, en deux ans. Cet objectif doit maintenant être réalisé au plus tard d’ici à la fin de cette année.

La modernisation de la flotte de Swiss constitue le facteur majeur à l’origine de cette urgence dans le recrutement. Il s’agit de la mise en ligne d’ici à la fin de l’année de six Boeing 777 300-ER, voués aux long-courriers, et de trente Bombardier C-Series 100 pour les court-courriers. Les premiers remplaceront des Airbus A-330 et A-340, les seconds supplanteront des Avro.

L’exploitation de ces nouveaux Boeing nécessite en temps normal quatre hôtesses de l’air ou stewards de plus que celle des Airbus A-330 et A-340. Dans les Bombardier C-Series il est souvent admis qu’un équipage idéal requiert trois flight attendants, au lieu de deux dans un Avro.

Respect de l’horaire

Cette modernisation de la flotte coïnciderait, selon certaines sources, avec une forte accélération des départs volontaires. La direction dément toutefois cette information. La soudaine hausse des besoins en personnel serait en fait due, au moins en partie, à une recrudescence des employés fixes aspirant à intégrer les rangs des flight attendants free-lance, bénéficiant eux aussi de la convention collective. Ils sont le plus souvent engagés dans les périodes de haute saison (été et fêtes de fin d’année).

La direction de la compagnie bâloise réfute quoi qu’il en soit tout impact des effectifs relativement restreints du moment sur son offre. Sans exclure non plus quelques éventuelles adaptations. Mais pas d’excès de modestie! Le nombre de vols prévus dans l’horaire d’été (valable de mars à octobre) devrait excéder de 1,5% le volume des opérations conduites un an auparavant.

Les préoccupations actuelles de Swiss mettent en outre en évidence une réalité; l’époque des conditions de travail particulièrement attrayantes propres à Swissair – compagnie disparue en mars 2002 dans des circonstances douloureuses – est désormais révolue. Le travail du personnel de cabine est devenu beaucoup plus dur. Il n’est plus perçu comme jadis lorsque Robert Charlebois et Louise Forestier chantaient Lindberg (1968).

Concurrence des détaillants

Chez Swiss le salaire mensuel de base, pour une hôtesse de l’air ou un steward débutants à plein-temps, s’élève à 3400 francs. Il est versé douze fois par an. A cela s’ajoute une prime de 50 francs pour chaque langue maîtrisée en plus de l’allemand et de l’anglais, mais à raison de trois idiomes supplémentaires au maximum. Sans oublier un forfait de 275 francs par mois pour les frais liés à l’exercice de la profession, majoré en cas de nuitée en service.

A titre de comparaison, les détaillants helvétiques peuvent tout autant attirer des personnes dynamiques, peu ou pas encore qualifiées. Le collaborateur débutant, sans formation initiale, reçoit treize fois 3850 francs sur un an chez Coop. C’est 3900 francs chez Migros Vaud et 3950 francs chez Migros Genève.

Créé: 03.05.2016, 21h53

Articles en relation

Swiss a réussi une superbe performance l’an dernier

Aviation Thomas Klühr, président du directoire de Swiss, a annoncé un bénéfice en hausse de 34%, à 453 millions de francs. Plus...

Le nouveau Boeing de Swiss embarque Nespresso

Transport aérien La filiale de Lufthansa mise sur l’helvétisme de ses services et donne du fil à retordre au principal avionneur américain. Plus...

Premier trimestre difficile

Swiss International Air Lines AG (Swiss) a subi un premier trimestre difficile. Son bénéfice d’exploitation ajusté a chuté de 56%, à 22 millions de francs, par rapport à la même période un an plus tôt. En publiant hier ses résultats, la direction de la filiale de Lufthansa a insisté sur les effets regrettables du franc fort.

«L’abandon du cours plancher de l’euro par rapport au franc (ndlr: décidé par la Banque nationale suisse le 15 janvier 2015) a eu des répercussions négatives sur les habitudes de réservation. Confrontées à des défis structurels, les compagnies du groupe Lufthansa renforceront encore leur concertation et exploiteront les potentiels de synergie», prévient Thomas Klühr, directeur général de Swiss. En comparaison annuelle, les produits d’exploitation ont diminué de 7%, à 1,071 milliard.

Fait plus inquiétant: Swiss constate un recul de la demande sur son principal marché. «La vigueur du franc et ses incidences sur la compétitivité vont en plus continuer à grever les revenus», prévoit la direction de la compagnie bâloise.

Du fait des surcapacités de la division fret, nombre d’investisseurs ont également des doutes concernant la maison mère de Swiss: l’action de Deutsche Lufthansa AG a ainsi perdu 5,7% hier à la Bourse de Francfort, à 12,94 euros. P.RK

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...