Passer au contenu principal

Syngenta prive de prime près de 3000 employés en Suisse

Le nouveau propriétaire chinois du leader agrochimique bâlois, Sinochem, oublie une promesse de son prédécesseur. La Confédération est alertée.

Les locaux de l'entreprise Syngenta à Monthey (VS).
Les locaux de l'entreprise Syngenta à Monthey (VS).
Chantal Dervey / Archives

Chemchina, firme étatique chinoise, a marqué l’histoire industrielle en faisant connaître, fin 2016, ses intentions de procéder à la plus grosse transaction d’une société de l’Empire du Milieu à l’étranger: l’absorption du leader agrochimique bâlois Syngenta, au prix de 43 milliards de dollars (plus de 42 milliards de francs). Avant que cette opération ne soit mise en œuvre, l’acquéreur avait fait quelques promesses. Comme celle d’une prime de 1200 dollars (au titre de l’exercice 2017) pour chaque collaborateur. Entre-temps, un autre groupe étatique chinois, Sinochem, a absorbé Chemchina. Et oublié la prime promise par le précédent propriétaire de Syngenta à près de 3000 employés en Suisse, dont 870 en Valais (chiffres d’avril 2017).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.