Thiam «ne savait rien» au sujet de Khan

BanqueLe patron de Credit Suisse assure n'avoir pas été au courant des démarches à l'encontre de l'espionnage de son ancien cadre Iqbal Khan.

Credit Suisse au coeur d'une affaire d'espionnage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tidjane Thiam s'est fendu pour la première fois mercredi d'une déclaration publique au sujet de l'affaire Iqbal Khan. Le patron de Credit Suisse a assuré qu'il ne «savait rien» de la surveillance du banquier star et ex-responsable de la gestion de fortune du numéro deux bancaire helvétique.

Il n'a donc logiquement pas donné son feu vert à la filature de M. Khan. La surveillance, qui a connu un épilogue rocambolesque dans les rues de Zurich mi-septembre, a tourné au fiasco pour Credit Suisse et l'entreprise de sécurité mandatée par l'établissement zurichois.

Procédure judiciaire

Cette affaire n'a pas eu d'impact sur les activités de la grande banque, a assuré Tidjane Thiam, lors de la conférence de presse en marge des chiffres au troisième trimestre. Il n'y a pas eu de plainte de clients suite aux nombreux articles de presse mettant en cause Credit Suisse et éclaboussant le directeur général et le président Urs Rohner.

Tidjane Thiam a refusé de commenter davantage cette affaire, arguant qu'elle fait l'objet d'une procédure judiciaire à Zurich, suite au dépôt d'une plainte par Iqbal Khan. Le Franco-Ivoirien n'a pas indiqué quelles pourraient être les répercussions de cet épisode malencontreux sur sa rémunération, sujet qui n'est pas de son ressort. Les salaires des dirigeants relèvent de la compétence du conseil d'administration.

«Amateurisme» bien intentionné

Questionné sur les pratiques en matière de surveillance, Tidjane Thiam a affirmé que celle-ci est courante pour les courtiers. En revanche, Credit Suisse ne recourt pas - ou ne devrait pas - à la filature des employés, comme ce fut le cas pour Iqbal Khan.

L'affaire Iqbal Khan a éclaté fin septembre, suite à un article publié sur le portail financier Inside Paradeplatz. Devant l'ampleur du scandale, le conseil d'administration de Credit Suisse a lancé une enquête externe, dont les conclusions ont mis Tidjane Thiam hors de cause. Urs Rohner a néanmoins admis que cette surveillance était «erronée et disproportionnée».

De nombreux médias ont mis en doute la version de la grande banque, selon laquelle ni Tidjane Thiam ni Urs Rohner n'étaient au courant de la mise sous surveillance d'Iqbal Khan.

Les responsables désignés de cette filature, le directeur opérationnel Pierre-Olivier Bouée et le chef de la sécurité Remo Boccali, ont quitté la banque début octobre, emportés par cette affaire. «Les personnes(...) qui ont pris la décision de cette surveillance pensaient agir dans la protection des intérêts de la banque», a expliqué Tidjane Thiam dans un entretien à la RTS.

«C'est une chose qui a été mal exécutée», selon le Franco-Ivorien, admettant que l'opération était empreinte d'«amateurisme».

Interrogé sur les rumeurs de conflits personnels avec Iqbal Khan, Tidjane Thiam a botté en touche. «Je n'ai jamais laissé des considérations personnelles avoir un impact sur mon travail en tant que professionnel.» (ats/nxp)

Créé: 30.10.2019, 12h30

Articles en relation

Un chef du Credit Suisse aurait menacé un rival

Banque Le chef du Credit Suisse pour la Suisse Thomas Gottstein aurait menacé dans un restaurant un homme de confiance d'Iqbal Khan, un ancien cadre de la banque. Plus...

Affaire Khan: des têtes tombent, Thiam blanchi

Banques En plein scandale autour de la surveillance de son banquier vedette, Credit Suisse limoge deux responsables mais blanchit son patron Tidjane Thiam. Plus...

UBS confie sa gestion de fortune à Iqbal Khan

Banques La nomination d'Iqbal Khan surprend d'autant plus qu'il avait dirigé la gestion de fortune internationale du concurrent Credit Suisse de 2015 à 2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.