Passer au contenu principal

WashingtonThomas Jordan justifie la politique de la BNS

Le président de la Banque nationale suisse (BNS) s'est dit convaincu de la clairvoyance de l'institut d'émission monétaire.

Thomas Jordan.
Thomas Jordan.
Keystone

Le franc est nettement surévalué mais la BNS a bien raison de mener la politique monétaire qu'elle mène. C'est en substance ce qu'a dit le président de la BNS, Thomas Jordan, à l'occasion de l'assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale.

Le président de la BNS est revenu sur la situation du franc suisse dans le cadre d'un point de presse tenu à Washington samedi, en marge de la réunion du Fonds monétaire international (FMI). «Nous sommes convaincus de la justesse de notre politique et de l'importance de nos interventions sur les marchés des changes», a-t-il insisté.

Rapport avec la Chine

Le Biennois fonde ses dires sur le fait que le contexte en Suisse est toujours marqué par un taux d'inflation très bas.

Au-delà, le président de la BNS s'est félicité de la qualité des relations entre la Suisse et la Chine, comme en témoigne l'installation récente en Suisse d'une banque chinoise agissant comme établissement de compensation pour les opérations en yuan.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.