Le tourisme à l’hôpital rivalisera avec les sports d’hiver

MarketingSuisse Tourisme anticipe sur les incertitudes croissantes liées à la neige. Le promoteur des vacances en Suisse mise désormais sur la qualité des soins médicaux helvétiques.

Suisse Tourisme mise désormais sur un créneau protégé des caprices météorologiques et proche de voyageurs dotés en pouvoir d’achat.

Suisse Tourisme mise désormais sur un créneau protégé des caprices météorologiques et proche de voyageurs dotés en pouvoir d’achat. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Y aura-t-il de la neige à Noël? Titre d’un merveilleux film de l’Avignonnaise Sandrine Veysset, certes. Mais aussi une question tenaillant chaque année l’âme de tant de professionnels du tourisme en Suisse. A commencer par les exploitants de remontées mécaniques. Heureusement, Suisse Tourisme reste vigilant. Comme moteur décisif du tourisme en Suisse, le séjour médical rivalisera bientôt avec les sports d'hiver ou la culture dans les villes. L’organisation de droit public mise en effet à fond sur ce créneau protégé des caprices météorologiques et proche de voyageurs dotés en pouvoir d’achat.

Au début de l’année, Suisse Tourisme avait manifesté l’intention d’élargir le spectre de ses activités de marketing internationales à l’ensemble des prestations de santé. Tout a maintenant commencé sur les chapeaux de roues, avec la signature d’accords de partenariat avec près d’une vingtaine de cliniques et hôpitaux du pays. Avec nos nouveaux partenaires, nous ciblerons dans un premier temps les marchés prometteurs. A savoir la Chine, la Russie et les pays du Golfe. La demande de soins médicaux y connaît une forte évolution. Des infrastructures médicales de très haut niveau, ainsi qu’un environnement naturel propice au bien-être, font de la Suisse une destination attractive pour tout le spectre du tourisme de santé. De la prévention aux traitements médicaux hautement spécialisés », rappelle la direction de Suisse Tourisme.

« Plus de la moitié de ces patients paient eux-mêmes »

Ces atouts ont le mérite de garder toutes leurs forces commerciales, quelque soient les conditions météos. Leur succès semble en outre relativement protégé des incertitudes conjoncturelles, comme celle d’un franc trop fort par rapport à l’euro. «Plus de 35'900 patients, domiciliés à l’étranger, ont séjourné en 2017 dans des hôpitaux et des cliniques suisses. Ils représentent environ 2 % du total des patients et plus de la moitié d’entre eux paient eux-mêmes leurs soins. Ils permettent donc aux établissements médicaux d’optimiser le taux d’occupation des lits », observent les responsables de Suisse Tourisme.

La clientèle de patients attire en outre une foule de touristes supplémentaires en Suisse, au cours de séjours médicaux dans ce pays. « Les patients venus de l’étranger pour des traitements privés voyagent souvent accompagnés de leur famille et de leurs proches. Ces hôtes génèrent actuellement quelque 490'000 nuitées par an et un chiffre d’affaires touristique annuel de 196 millions de francs. Qu’il s’agisse d’hébergement, d’excursions, ou de restauration, autrement dit de dépenses sans lien avec des prestations médicales. Avec cette promotion active de l’offre médicale des cliniques et hôpitaux suisses, Suisse Tourisme s’attend, entre autre, à des retombées profitant uniquement aux prestataires touristiques. Et avec une progression de 25 % d’ici trois ans, à 245 millions de francs », évalue Suisse Tourisme.

Les montagnes souffrent

Ce sens de l’anticipation relève aussi de la prudence. « De 2006 à 2018, les zones alpines ont souffert de la vigueur du franc et de la concurrence étrangère. Le nombre des nuitées n’y a guère augmenté », relève l’institut de recherche conjoncturelle du Poly de Zurich (KOF).L’institution s’attend en outre à une tendance demeurant légèrement négative sur le long terme pour les remontées mécaniques, du fait, entre autre, de la diminution de l’enneigement garanti à basse altitude.

Créé: 05.11.2019, 07h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.