Travail.Suisse exige des hausses de salaires

EmploiIl y a longtemps que les perspectives économiques ne s'étaient pas avérées aussi positives. Pour la faîtière, les employés doivent aussi en profiter.

Travail.Suisse plaide pour des hausses salariales générales. (Photo d'illustration)

Travail.Suisse plaide pour des hausses salariales générales. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La faîtière syndicale exige en conséquence des hausses de salaires d'environ 2% pour la plupart des employés. Pour l'Union patronale suisse (UPS), il est prématuré de répondre à ces demandes.

«Il y a longtemps que les perspectives économiques ne s'étaient pas avérées aussi positives», a relevé mardi à Berne devant les médias Gabriel Fischer, responsable de la politique économique de Travail.Suisse. Les salariés doivent profiter de la reprise qui s'annonce, estiment la faîtière et les fédérations affiliées Syna, transfair et Hotel & Gastro Union.

Selon les syndicats, les perspectives de croissance de la Suisse, de 1,4% cette année et de 1,9% l'an prochain, sont réjouissantes. Les entreprises peuvent profiter du contexte de reprise mondiale, notamment de la dynamique croissante dans la zone euro. Le net affaiblissement du franc par rapport à l'euro joue également un rôle très favorable pour l'industrie d'exportation.

Le boom se poursuit dans la construction et les nouvelles sont bonnes dans l'industrie des machines. Même dans le commerce de détail, le recul des ventes a pu être stoppé. «Les entreprises sont davantage prêtes à créer des emplois», résume M. Fischer.

Modération et flexibilité

Depuis 2010, les augmentations salariales ont été très modestes et de nombreuses branches ont même décrété un gel des salaires, rappelle Travail.Suisse. Cette modération, couplée à une grande flexibilité, dans les horaires de travail par exemple, a contribué à maintenir la compétitivité des entreprises suisses durant les années de crise et de surévaluation du franc.

A présent, une hausse du pouvoir d'achat des employés est juste et nécessaire, estime l'organisation faîtière indépendante des travailleurs. «D'autant qu'une hausse de leur pouvoir d'achat contribuera à renforcer la consommation des ménages comme pilier conjoncturel», note Gabriel Fischer.

Un constat partagé par le syndicat Syna, qui rappelle qu'en raison des hausses régulières des primes d'assurance maladie - et souvent des loyers - le pouvoir d'achat de nombreux ménages a diminué. A cela s'ajoute encore le renchérissement prévu de 0,5% cette année.

Hausses généralisées

Les syndicats plaident pour des hausses salariales généralisées. «Depuis 2013, seulement 40% des augmentations de salaire profitent à tous, tandis que 60% sont réparties de manière individuelle, selon des critères souvent opaques», dénonce Arno Kerst, président de Syna. Auparavant, cette proportion était inversée.

Dans le détail, Syna réclame des augmentations générales de salaires de 1,5 à 2% dans le secteur de l'artisanat et 150 francs de plus par mois dans le bâtiment. Une hausse de 100 francs par mois est également demandée pour tous les employés du commerce de détail gagnant moins de 5000 francs mensuels.

Le secteur de la santé, qui souffre toujours d'un manque de main-d'oeuvre qualifiée, devrait se voir accorder des hausses générales de 1,5%. Dans l'hôtellerie et la restauration, les salaires minimaux devraient être relevés de 2%.

Un effort dans le même ordre de grandeur est demandé aux entreprises de la chimie et de la pharma. Enfin, des hausses de salaires générales de 100 francs - voire 150 francs dans les grandes sociétés - dans l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) devraient permettre de combler le besoin de rattrapage.

Les exigences dévoilées mardi par Travail.Suisse rejoignent celles de l'Union syndicale suisse, formulées mi-juillet. L'USS réclame des hausses de salaires de 1,5 à 2% l'an prochain et davantage pour les femmes, afin de corriger les discriminations.

Trop tôt pour le patronat

Pour l'Union patronale suisse (UPS), il est prématuré de répondre à ces demandes, alors que les entreprises ont comptabilisé des commandes pour seulement six mois. La ronde des négociations salariales doit débuter comme chaque année à l'automne.

Il n'existe pour l'heure aucun besoin de rattrapage salarial généralisé, estime l'organisation patronale, qui note que le pouvoir d'achat des salariés s'est continuellement amélioré ces huit dernières années. La priorité doit être accordée aux investissements de remplacement nécessaires pour rester compétitifs, notamment suite au choc du franc fort. (ats/nxp)

Créé: 08.08.2017, 10h11

Procédure de conciliation

Le montant de l'augmentation salariale pour l'hôtellerie-restauration fait l'objet d'une procédure de conciliation, annonce mardi Hotel & Gastro Union. La décision devrait être rendue en automne.

Les négociations salariales menées dans le cadre de la reconduction de la convention collective nationale de travail (CCNT) se sont déroulées entre avril et juillet 2017. Au terme de quatre rounds de discussions, chaque partie reste sur ses positions.

Hotel & Gastro Union demande une augmentation de 2% des salaires de l'hôtellerie-restauration. Les organisations patronales veulent, elles, une hausse de 10 francs, soit environ 0,2%.

Aucun accord n'ayant été trouvé, les différentes parties se trouvent en procédure de conciliation. Paul Rechsteiner, conseiller aux Etats (PS/SG), siège pour la représentation des employés au sein du tribunal paritaire. Une décision sera prise entre octobre et novembre, a indiqué à l'ats Roman Helfer, responsable politique romand auprès d'Hotel & Gastro Union.

Articles en relation

Un chômeur sur huit en Suisse est vaudois

Emploi Le Secrétariat d'Etat à l'économie annonce une hausse de 323 personnes sans emploi en juillet. Mais le taux de chômage reste à 3%. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...