Trump doit voler au secours des agriculteurs américains

Guerre commercialeLa Maison-Blanche prépare un plan de subventions pour rassurer les paysans américains, qui perdent l’accès au marché chinois.

Pour ne pas perdre les voix des agriculteurs, l'administration Trump prévoit une aide au monde rural à hauteur de 15 milliards de dollars.

Pour ne pas perdre les voix des agriculteurs, l'administration Trump prévoit une aide au monde rural à hauteur de 15 milliards de dollars. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump aime cultiver son image de champion du capitalisme libéré des contraintes et interventions gouvernementales. Le président des États-Unis redoute néanmoins de perdre le soutien des agriculteurs américains, frappés de plein fouet par la guerre commerciale qu’il a déclenchée avec la Chine. Son gouvernement est en train de préparer un programme d’aide aux fermiers qui pourrait dépasser les 15 milliards de dollars pour tenter d’atténuer la chute brutale des exportations de plusieurs produits agricoles américains vers la Chine.

Les paysans très touchés

À l’origine du malaise des fermiers: les surtaxes douanières imposées par la Chine en réponse à celles qui ont été décidées par Donald Trump sur les importations chinoises. Le revenu des fermiers a reculé de 16% en 2018, à 63 milliards de dollars, soit la moitié du niveau qui était le sien en 2013. La nervosité croît dans le camp pro-Trump au Congrès. Certains sénateurs conservateurs, comme Jerry Moran au Texas, demandent ouvertement à Donald Trump de trouver une solution au conflit commercial avec Pékin. «Les taxes douanières imposées par notre pays à la Chine et les représailles chinoises qui ciblent nos fermiers et nos éleveurs menacent de créer des dommages à long terme sur l’agriculture américaine», a déclaré Jerry Moran cette semaine. «De nombreux fermiers sont au bord de la ruine.»

Dans l’Iowa, Aaron Putze ne cache pas «l’anxiété» qui règne chez les agriculteurs. Le directeur de la communication d’Iowa Soybeans, l’organisation faîtière des producteurs de soja, affirme que le récent échec des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis à Washington force les fermiers à s’adapter à une dispute qui pourrait se prolonger. En 2017, la Chine avait acheté 60% des exportations américaines de soja. L’année dernière, ce volume a diminué de moitié et le prix du soja est en baisse. «De nombreux agriculteurs sont résignés et se disent que le prix du soja n’a pas encore touché le fond», explique-t-il. «Il est difficile de dire s’ils continuent dans leur ensemble à soutenir Donald Trump ou pas. Mais il y a beaucoup de tension dans notre secteur.»

Un enjeu électoral

À un peu plus d’une année de la présidentielle de novembre 2020, la situation a de quoi inquiéter Donald Trump. Les agriculteurs représentent un bloc électoral important dans des États du Midwest, comme l’Iowa et l’Ohio, qui seront clés dans sa campagne de réélection. Le Ministère américain de l’agriculture est en train de préparer son programme de subventions qui privilégierait des producteurs de soja souffrant aussi de l’impact de la fièvre porcine africaine ravageant le cheptel chinois. «Si ce virus ravage 40% des 450 millions de porcs chinois, imaginez l’impact que cela peut aussi avoir sur l’industrie du soja, car il y a énormément de bêtes en moins à nourrir et donc des besoins réduits de soja», poursuit Aaron Putze.

Cette fièvre porcine en Chine est en revanche une aubaine pour les éleveurs de porcs américains, comme le souligne Brian Watkins, un agriculteur de l’Ohio, qui est membre de l’Ohio Pork Council. «Sans cela, nous serions dans une situation critique à cause de la guerre commerciale avec la Chine», assure-t-il. «La Chine devrait avoir un intérêt économique à acheter du porc américain malgré les surtaxes douanières qu’elle impose. Politiquement en revanche, elle risque de ne pas vouloir le faire.»

La Chine a imposé une surtaxe de 62% sur le porc américain et de 37% sur le bœuf en réponse aux taxes américaines. «Le point positif dans notre situation est que la Maison-Blanche s’est rendue compte qu’elle ne peut pas partir en guerre commerciale contre tout le monde», poursuit Brian Watkins. «L’annonce de la levée des surtaxes douanières canadiennes et mexicaines frappant le porc américain est une bonne nouvelle pour nous.»

Espoir d’une solution

Brian Watkins est néanmoins conscient de la fragilité du marché à l’heure où les exportations de viande de porc américaine ont baissé de 6% au premier trimestre de 2019 par rapport à 2018. «Nous ne pouvons pas faire des prévisions à long terme en nous appuyant sur l’impact dévastateur en Chine de la fièvre porcine, car ce virus ne durera pas», affirme-t-il. «Nous avons néanmoins besoin de bonnes relations commerciales. J’ai toujours l’espoir que les négociations avec la Chine ne soient pas dans une impasse.»

Créé: 23.05.2019, 11h33

Articles en relation

Le coup de poker douanier de Trump face à la Chine

Commerce sino-américain Editorial Les négociations Chine/États-Unis échouent, peu après l’entrée en vigueur de nouvelles surtaxes sur les importations chinoises. Plus...

Les bluffs de Trump n’amusent plus les marchés

Guerre douanière Dès vendredi, les droits de douane américains sur de nouveaux produits chinois devraient passer de 10 à 25%. Très peu y croient. Plus...

Trump et Xi motivent les bourses

La semaine en Bourse Banques centrales et négociations commerciales entre Pékin et Washington au menu des marchés cette semaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.