Au G20, Trump et Xi Jinping déclarent une trêve

Guerre commercialeLes présidents américain et chinois, Xi Jinping, se sont mis d'accord samedi à Osaka pour relancer les négociations commerciales sino-américaines.

Donald Trump a rencontré au G20 d'Osaka plusieurs dirigeants qui ont maille à partir avec son administration, comme Recep Tayyip Erdogan.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump et Xi Jinping ont convenu samedi de relancer les négociations commerciales, en marge d'un G20 qui s'est tenu à l'ombre de l'affrontement économique des deux pays. Washington renonce à taxer davantage les produits chinois.

«Nous avons eu une très bonne rencontre avec le président Xi, je dirais même excellente», a déclaré Donald Trump. Selon l'agence officielle chinoise Xinhua, les négociations, qui avaient été brutalement interrompues en mai, vont reprendre et Washington a levé sa menace d'imposer de nouvelles taxes à l'importation, qui auraient frappé la totalité des plus de 500 milliards de dollars de biens chinois achetés chaque année par les Etats-Unis.

Les deux hommes répètent ainsi le scénario du dernier G20, en Argentine fin 2018. Ils avaient alors suspendu les hostilités pour quelques mois, afin de reprendre les négociations commerciales approfondies... lesquelles avaient cependant tourné court. Comme pour répliquer à ce sommet dans le sommet sino-américain, l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) se sont mis d'accord sur un traité de libre-échange, fruit de 20 ans de négociations difficiles.

«Un moment historique» pour le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a également discuté d'un pacte de libre-échange avec le premier ministre australien, Scott Morrison. Mais la ratification du Mercosur promet d'être difficile, le texte suscitant l'inquiétude des agriculteurs européens face à un afflux de produits brésiliens.

Trump, Kim, MBS

Avant sa rencontre avec Xi Jinping, la journée avait démarré sur les chapeaux de roues pour Donald Trump qui, au lendemain de plaisanteries remarquées avec Vladimir Poutine, a continué à afficher sa complicité avec des dirigeants critiqués pour la situation des droits de l'homme dans leur pays.

Après avoir évoqué, d'un tweet presque désinvolte, une possible rencontre inédite avec le leader nord-coréen, Kim Jong-un, dans la zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées, le président américain a rencontré le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane. Il a loué son «travail extraordinaire», ignorant les questions répétées sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Pendant que Xi et Trump négociaient, les diplomates des vingt pays pesant 85% du PIB mondial continuaient de s'écharper sur le climat, au moment où l'Europe subit une canicule inédite, considérée par les scientifiques comme un symptôme sans équivoque du dérèglement climatique.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a finalement assuré que le sommet déboucherait à propos du climat sur un «texte semblable» à l'an dernier, après des négociations particulièrement dures qui ont fait un temps craindre un recul.

Il y aura bien une «déclaration (au format) 19 1», en clair un soutien de tous les membres du G20 sauf les Etats-Unis au grand accord de Paris de lutte contre le réchauffement climatique, alors que des diplomates évoquaient les jours précédents la possible défection de grands pays émergents notamment, qui envisageaient de s'aligner sur la position américaine.

G20 remis en cause

Le doute grandit sur la pertinence de ce rassemblement initialement créé pour apporter une réponse unie aux crises en tout genre, inauguré en 2008 en pleine crise financière mondiale.

Le G20 se voulait «un forum de coopération mais on peut se demander à présent si nous n'avons pas atteint le moment où il a cessé de servir cet objectif», a commenté Thomas Bernes, du Centre d'innovation pour la gouvernance internationale, un groupe de réflexion canadien. (afp/nxp)

Créé: 29.06.2019, 05h40

Missiles russes: pas de sanctions américaines

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit convaincu samedi qu'il n'y aurait pas de sanctions américaines à l'égard de la Turquie pour l'achat de missiles russes, après avoir discuté avec le président américain Donald Trump en marge du sommet du G-20 à Osaka. "Il nous a dit qu'il n'y aurait rien de tel (des sanctions), a déclaré Erdogan lors d'une conférence de presse à l'issue de leur rencontre.

Articles en relation

Trump défend sa politique contre la Chine

Commerce Donald Trump assure que les taxes douanières n'auront pas d'impact sur les entreprises américaines. Plus...

Douane: Pékin assomme à son tour les USA

Commerce Après que Donald Trump eut fait passer les droits de douane sur des produits chinois de 10 à 25%, c'est au tour de Xi Jinping d'augmenter fortement les taxes douanières. Plus...

Trump incite la Chine à négocier maintenant

Commerce Le président américain a prévenu la Chine que la négociation serait «bien pire» si elle devait avoir lieu après 2020. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...