Trump s'en prend à des constructeurs auto

Etats-UnisLe président américain reproche à certains constructeurs automobiles de s'entendre avec la Californie sur des futures normes d'émission.

Donald Trump le 21 août 2019.

Donald Trump le 21 août 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump s'en est pris mercredi aux constructeurs automobiles qui ont ignoré ses avances et préféré conclure un accord avec la Californie sur des futures normes d'émission plus sévères.

L'agence de protection de l'environnement de l'administration Trump a prévu d'assouplir les normes actuelles, au moment où la Californie, qui applique déjà les règles les plus restrictives en termes d'émissions automobiles, veut elle aller encore plus loin.

Plusieurs grands constructeurs (Ford, Honda, Volkswagen et BMW) ont décidé le mois dernier de conclure un accord avec l'Etat du sud-ouest américain et d'autres sont en passe de les rejoindre, ce qui met le président en colère.

Depuis mercredi matin, il fulmine sur Twitter: «Ma proposition aux constructeurs automobiles politiquement corrects ferait baisser le prix moyen d'une voiture de plus de 3.000 dollars, tout en rendant les voitures plus sûres. Les moteurs tourneraient mieux. Très peu d'impact pour l'environnement! Dirigeants insensés».

«Faiblesse»

A son retour d'une levée de fonds, il a invoqué les fondateurs de Ford et de General Motors, qui «se retournent» dans leur tombe «devant la faiblesse des dirigeants actuels des constructeurs automobiles qui sont prêts à dépenser plus pour une voiture moins sûre et moins bonne et qui coûtera 3000 dollars de plus par consommateurs. C'est fou!». Il accuse la Californie de vouloir mener les groupes automobiles «à la ruine».

Selon le «New York Times», Mercedes-Benz est prêt à se joindre à la coalition, avec un autre grand constructeur pour le moment anonyme. Si on se base sur les tweets du président, il pourrait s'agir de General Motors.

Toyota, Fiat Chrysler et General Motors ont été convoqués le mois dernier à la Maison Blanche, où un conseiller leur a demandé de se montrer solidaires avec le président, rapporte le quotidien new-yorkais.

L'objectif des constructeurs, qui représentent environ 30% des ventes de véhicules neufs aux Etats-Unis, est d'avoir de la visibilité sur plusieurs années pour les normes CO2 sur le marché américain, alors qu'une bataille judiciaire se profile entre le gouvernement Trump et les Etats, comme la Californie, qui veulent conserver les objectifs ambitieux fixés par Barack Obama.

Version adoucie du plan Obama

Donald Trump a proposé en août 2018 d'annuler la réglementation adoptée sous son prédécesseur pour la période 2017-2025, qui représentait l'un des grands piliers du plan climatique Obama. A la place, les normes seraient gelées au niveau de 2020 jusqu'en 2026.

Les normes Obama visaient à atteindre une consommation moyenne équivalente à environ 4,7 litres par 100 kilomètres pour les modèles neufs de 2025. L'administration Trump a proposé de rester au niveau actuel, soit environ 6,3 litres aux 100 km.

L'accord californien est une version adoucie du plan Obama: les constructeurs gagnent une année de plus pour atteindre l'objectif initial, de 2025 à 2026, et auraient plus de flexibilité pour réduire d'année en année leurs émissions de gaz à effet de serre (-3,7% par an pendant cinq ans, au lieu de -4,7% par an pendant quatre ans). (ats/nxp)

Créé: 22.08.2019, 06h43

Articles en relation

Ferrari: le bénéfice net accélère encore

Automobile Le constructeur italien a le vent en poupe, porté par la hausse des ventes, en particulier de son nouveau bolide Portofino. Plus...

Toyota: bénéfice en hausse au 1er trimestre

Japon Malgré des résultats bien orientés, le constructeur automobile nippon a révisé ses prévisions annuelles à la baisse. Plus...

Fiat Chrysler: bénéfice trimestriel en hausse

Automobile Le groupe italo-américain a vu son bénéfice net progresser de 14% au 2e trimestre malgré des ventes en recul. Il confirme ses objectifs pour 2019. Plus...

Renault: chute du bénéfice au 1er semestre

Automobile Fortement pénalisé par Nissan, le constructeur français a revu à baisse son objectif de chiffre d'affaires pour 2019. Plus...

Nissan supprime 12'500 emplois

Automobile C'était attendu: le constructeur japonais voit son bénéfice net fondre de 95%. Il réduit sa production de 10% et biffe des milliers de postes. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...