Passer au contenu principal

UBS n'anticipe pas de dérèglementation

Selon Axel Weber, le président d'UBS, le fossé réglementaire entre l'Europe et les Etats-Unis ne va pas s'accentuer.

Axel Weber, le président du conseil d'administration d'UBS, ne croit pas que les taux vont brutalement remonter.
Axel Weber, le président du conseil d'administration d'UBS, ne croit pas que les taux vont brutalement remonter.
Keystone

Le président du conseil d'administration d'UBS ne croit pas, malgré les plans de Donald Trump, à une attitude plus clémente envers Wall Street. «Il n'y aura pas une large vague de dérèglementation pour les banques aux États-Unis», affirme Axel Weber.

Selon le président du numéro un bancaire helvétique et ancien président de la Bundesbank, le fossé réglementaire entre l'Europe et les Etats-Unis ne va pas s'accentuer. L'Europe ne va pas encore donner un tour de vis, comme en mode «autopilote», assure-t-il dans l'hebdomadaire allemand Welt am Sonntag.

Dix ans après la crise financière mondiale, il conviendrait plutôt de s'interroger sur les conséquences imprévues de la réglementation, selon le banquier. Et d'évoquer certaines directives qui n'ont en rien contribué à la stabilité du système, mais ont en revanche limité sa flexibilité.

Axel Weber douche tout espoir exagéré quant à une remontée des taux. «Globalement, ils ne vont plus changer drastiquement, comme beaucoup le croient». Même si la Réserve fédérale américaine (Fed) donne un tour de vis à sa politique monétaire, il estime peu probable «plus de 3% à court terme».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.