UBS est championne des votes sur le climat

ActionnariatÀ l’inverse des gérants de fonds américains, UBS et les gestionnaires européens votent vert en assemblées générales.

En Europe, la pression des investisseurs institutionnels en faveur du développement de la finance durable pousse les banques à s’engager en faveur du climat.

En Europe, la pression des investisseurs institutionnels en faveur du développement de la finance durable pousse les banques à s’engager en faveur du climat. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nonante à sept, quel score! Une partie de rugby entre l’Afrique du Sud et une équipe amateur? Non, il s’agit du pourcentage des résolutions sur le changement climatique soutenues par les assemblées générales d’actionnaires d’UBS (90%), comparé au géant américain BlackRock (7%). Ce chiffre ressort d’une étude de l’ONG britannique ShareAction après analyse des votes des grands gérants de fonds. Vertueuse UBS, donc.

Cette étude va plus loin. Le classement montre un véritable clivage entre les gestionnaires américains (BlackRock, Vanguard, JP Morgan, etc.) et les gérants européens (UBS, Allianz, AXA, etc.). Les premiers «bloquent massivement les votes climatiques», alors que les seconds les soutiennent le plus souvent.

UBS mène carrément le bal. «Au cours des dix-huit derniers mois, nous avons renforcé notre engagement auprès des entreprises afin de susciter des changements positifs vers une économie sobre en carbone», explique Michael Baldinger, responsable développement durable d’UBS Asset Management.

L’accord de Paris de 2015, dont les États-Unis se sont retirés, apparaît en filigrane. «Outre l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés, les pays s’engagent à rendre les flux financiers climatocompatibles», relève Vincent Kaufmann, directeur de la Fondation Ethos. L’Union européenne s’appuie dessus pour pousser les banques à intégrer les risques liés au changement climatique dans leurs stratégies. À l’avenir, elles devront être transparentes et fournir à leurs clients des outils permettant de connaître l’impact des portefeuilles financiers en termes de durabilité.

La pression des clients

Les banques européennes sont également poussées à s’engager par leur clientèle. «En Europe, la pression des détenteurs d’actifs en faveur du développement de la finance durable, que ce soit les grands fonds de pension néerlandais, français, nordiques ou encore suisses, est forte», confie Antoine Mach, directeur de l’agence ESG Covalence à Genève.

C’est moins le cas de l’autre côté de l’Atlantique. «Aux États-Unis, les grands gérants de fonds sont encore réticents à s’immiscer dans le pilotage des entreprises sur les enjeux de société, il y a une plus faible tradition interventionniste qu’en Europe, explique-t-il. On peut le regretter face à l’urgence de défis à relever au plan climatique.»

«Outre l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés, les pays s’engagent à rendre les flux financiers climatocompatibles»

Vincent Kaufmann, directeur de la Fondation Ethos

Le contexte politique est également déterminant. Aux États-Unis, l’influence de l’administration Trump, peu favorable à la cause climatique, se fait sentir. La Securities and Exchange Commission (SEC), l’autorité américaine de régulation des marchés, a durci les conditions permettant aux actionnaires de déposer une résolution. «La SEC a refusé cette année qu’une résolution sur la stratégie climatique d’un groupe pétrolier soit soumise au vote des actionnaires au motif qu’il s’agirait de micromanagement», illustre Vincent Kaufmann.

Les grands fonds américains ne font-ils donc rien pour le climat? BlackRock souligne avoir collaboré avec 207 entreprises dans le monde sur le sujet des risques liés au climat l’année dernière. «Ce chiffre dépasse considérablement les 36 propositions d’actionnaires liées au climat qui ont été votées aux États-Unis», assure une porte-parole du groupe, qui ajoute: «Nous soutenons les propositions d’actionnaires lorsque nous estimons qu’elles vont dans l’intérêt de nos clients.»

Discuter avec la direction

Collaborer avec les firmes en discutant avec les managements peut s’avérer utile. Près de nous, Ethos mène d’ailleurs beaucoup ce dialogue de sensibilisation avec la direction des entreprises, avant d’aller le cas échéant à l’affrontement, comme sur la double casquette de Peter Brabeck chez Nestlé en 2005 ou sur le parachute doré de Daniel Vasella chez Novartis en 2013.

Il n’empêche, l’attitude des grands fonds américains a court-circuité plusieurs résolutions sur le climat. Le dernier rapport d’une autre ONG, Majority Action, le démontre. Plusieurs initiatives en faveur du climat auraient été acceptées si BlackRock et Vanguard avaient voté pour. «Une résolution chez Fluor sur l’adoption d’objectifs de réduction des gaz à effet de serre aurait obtenu plus de 50%, détaille Vincent Kaufmann. Tout comme une autre chez Exxon.» Cette dernière demandait un rapport pour confirmer que le groupe pétrolier n’utilisait pas le lobbying pour réduire les réglementations en faveur du climat.

Créé: 07.11.2019, 07h30

Articles en relation

Accusé de mensonge sur le climat, Exxon risque très gros

Pétrole Le géant américain est accusé d’avoir trompé ses actionnaires en sous-estimant les coûts du réchauffement climatique. Plus...

L’UE force la Suisse à se convertir à la finance «verte»

Banques et urgence climatique En plein sommet de la finance durable à Genève, un débat révèle la pression exercée par le Plan d’action européen pour le climat Plus...

Les actionnaires d’UBS expriment leur défiance

Assemblée générale Les propriétaires de la première banque helvétique refusent d’accorder la décharge aux dirigeants de la société. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.