UBS craint les intentions américaines

AnalyseL’industrie pharmaceutique suisse risque d’être gênée par le protectionnisme états-unien.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

UBS s’est fendue mardi d’une analyse portant un titre un brin inquiétant: «La Suisse sans pharma». Autrement dit, sans industrie pharmaceutique. L’œuvre des experts de la première banque helvétique constitue toutefois une évaluation nuancée des risques courus par l’industrie pharmaceutique suisse, du fait d’intentions manifestées par le 45e président des Etats-Unis, Donald Trump.

«Les Etats-Unis mèneront, selon toute vraisemblance, une politique économique clairement protectionniste ces prochaines années. Ce protectionnisme pourrait entraver le business de la pharma helvétique, celle-ci étant très active sur le marché américain», rappelle Alessandro Bee, économiste d’UBS.

«Les baisses des prix des médicaments sollicitées par Donald Trump comme son credo America First pourraient accroître la pression sur cette industrie créatrice de tant de valeur»

L’expert rappelle la portée d’une telle hypothèse pour l’économie suisse. L’industrie pharmaceutique est la branche la plus exportatrice du pays, avec une contribution de 45% au volume global des ventes à l’étranger. «La pharma s’est révélée autant portée par le succès que ses perspectives s’avèrent désormais incertaines. Les baisses des prix des médicaments sollicitées par Donald Trump comme son credo America First pourraient accroître la pression sur cette industrie créatrice de tant de valeur. Celle-ci étant ainsi incitée à produire et être taxée chez l’Oncle Sam, au lieu d’importer de Suisse», explique Sibille Duss, économiste chez UBS.

20 000 nouveaux postes

Les experts du leader mondial de la gestion de fortune ne peignent pas pour autant le diable sur la muraille. A leurs yeux, les difficultés outre-Atlantique ne devraient guère peser sur le marché du travail suisse. A peine plus de 1% des actifs y sont employés dans la pharma. Depuis 2000, 20 000 nouveaux postes ont été créés dans cette branche, contre presque autant dans la santé au cours des seuls vingt derniers mois.

Les spécialistes d’UBS relèvent en outre que la pharma a participé en force à une balance commerciale nettement excédentaire, favorisant la hausse du franc. Un affaiblissement de ce secteur susciterait dès lors celui du franc, évolution profitable à d’autres branches exportatrices du pays.

Créé: 07.02.2017, 21h43

Articles en relation

La guerre commerciale de Trump sème le trouble

Relations Suisse - Etats-Unis Des élus fédéraux iront à Washington en avril pour plaider la cause des échanges avec la Suisse. Réactions. Plus...

Trump en apôtre du protectionnisme

Convention de Cleveland Les républicains ont adopté un programme antilibéral et l’arrêt de la lutte contre le réchauffement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.